La série qui lance le débat

Logo. Blog. Carnet. Pétillant. Beauté. Lifestyle. Mode. Conseil. Astuce. Histoire. Début. Premier article. Musique. Livre. Films. Séries. Organisation.

Cette fois-ci, je ne vais pas faire les choses comme d’habitude. Cette fois-ci, ce ne sera pas une simple revue d’une série sur laquelle je suis tombée par hasard. Cette fois-ci, ce n’est pas une série creuse, sans vrai sujet, sans réelle âme, sans questions.

Il y a un temps pour tout et cette fois-ci, je prends les choses en face, de plein front et sans détour.

Voilà, la couleur est annoncée.

En général, je fais plutôt partie des gens qui regardent des séries le soir, pour se détendre, après une journée de cours ou de boulot à la maison. C’est pour cela, que je ne l’ai pas regardé tout de suite, que je n’ai pas foncé dessus. Je me suis dit que si c’était vraiment une bonne série, qui abordait convenablement les choses, il fallait du temps pour se préparer, pour tout regarder en face et ne pas fuir une fois qu’elle serait finie.

Remise en Contexte

J’ai pris mon temps. Et puis, je l’ai regardée. D’un coup. Et en quelques jours, j’ai eu fini la série : 13 Reasons Why.

Si vous ne savez pas du tout de quoi je parle et que vous ne connaissez pas – ce dont je doute puisqu’elle a fait le tour de la toile -, il s’agit de Clay Jensen, un ado de 17 ans, qui reçoit une boîte contenant des cassettes. Cassettes enregistrées par une amie à lui, Hannah Baker, qui s’est suicidée quelques semaines auparavant. Au fur et à mesure de la série, on le suit, on découvre les cassettes et petit à petit, on comprend les raisons du suicide d’Hannah.

Cette série a tout changé et en voici les raisons …

Les points de vue

Il y a plein de points de vue. Pas seulement celui d’une ado perdue ou d’un autre désirant d’aider. Cela ne parle pas que des jeunes. Pour une fois, tout est allié au point de vue des parents. On voit leurs détresses, leurs défauts et la difficulté qu’ils ont à comprendre la situation. Le harcèlement est montré de tous les points de vue. 

Certes, ce n’est pas la première série qui parle de harcèlement, ni de viol, ni de tous les sujets qu’elle aborde, mais c’est la seule à les remettre dans le contexte d’aujourd’hui, à prendre tous les facteurs et points de vue en compte. 

Tout cela, la rend ouverte. Elle est ouverte à tous. Ce n’est pas seulement pour les gens qui rencontrent ces problèmes, pas seulement pour ceux qui veulent aider, pas seulement pour les parents et pas seulement pour les ados. Pour moi, c’est ça, le pouvoir de la série : elle s’adresse à tout le monde. Personne ne peut terminer la série sans se sentir concerné. Elle nous pousse à nous rassembler. 

Les sujets

Aucun répit et tout y passe. Viol. Harcèlement. Solitude. Mal-être. Rôle de l’école. Rôle des parents. Ignorance. Douleur. Suicide. Oui oui, autant de sujets en si peu d’épisodes. 

Les faiblesses de chacun sont montrées. Par exemple, la peur des garçons face à la réaction des autres, la peur de trahir les « codes » – lorsque Justin ne défend pas sa copine et qu’il laisse quelqu’un abuser d’elle parce que c’est son « pote ». Ou encore, le manque de confiance d’une personne et ces conséquences – lorsque Hannah voit toute la scène du viol, mais qu’elle ne dit rien. Il faut effectivement avoir énormément confiance en soi pour oser bouger, le dire ou faire quelque chose. 

Tout est lié. C’est ce que je retiens de tous ces sujets. Une chose en entraîne une autre et ainsi de suite. 

Je ne pense pas que l’on peut sortir de cette série sans avoir changé. Les sujets collent à la réalité. Les choses sont claires. Tellement claires qu’on ne peut pas faire comme si on ne comprenait pas ou pire, fermer les yeux.

La puissance de l'image 

Je suis touchée. La série m’affecte. Et tout cela, je pense que je le dois à la puissance des scènes, des images. Les événements sont montrés, on ne cache rien, et ce, même si c’est dérangeant. Par rapport aux séries habituelles, « 13 Reasons Why » utilise tout le potentiel de l’image. On voit que les scènes ont été pensées pour créer ce … malaise. Il permet d’aborder le sujet sans le contourner. Je pense tout particulièrement à la scène du viol dans le jacuzzi vers la fin de la série.

Le Débat

Quand j’ai fini la série, je me suis un peu renseignée sur la manière dont elle avait été perçue par le public, quelles étaient les réactions, … Et j’ai été déçue, dégoûtée – et triste

Dans beaucoup de cas, les gens disaient que la série était trop violente (viol dans le jacuzzi, espionnage dans la chambre, …) et que cela donnerait de mauvaises idées aux personnes instables. Je ne suis pas du tout d’accord avec ces critiques. 

Pour les personnes « instables », je ne pense pas que cela leur donnerait de mauvaises idées. Le message de la série n’est pas du tout que le suicide est bien – au contraire. Cette série est une vraie bouée de sauvetage pour les gens qui sont dans un des cas décrit. Cela leur montre qu’ils ne sont pas tout seuls, que le suicide n’est pas une solution, qu’il a des conséquences, que les choses peuvent se régler et que rien n’est irrémédiable, sauf le suicide. Cela montre aussi qu’avec un peu de recul, les choses sont moins graves et que c’est possible de passer à autre chose.

Pour les ados qui ne sont pas dans un cas de harcèlement ou victime de viol, cela montre qu’il faut faire attention aux autres et que chaque action à de l’importance. Ce qui peut partir d’une blague, peut vite dégénérer. Tout n’est pas perçu de la même manière par tout le monde. Ce qui peut vous faire rire, peut blesser quelqu’un. 

Pour les parents, cela remet les choses en perspective. Ils n’ont pas grandi dans le même monde que nous. Les choses ont tellement évoluées. Ce n’est pas forcément logique pour eux que le harcèlement puisse se continuer à la maison et être constant par le biais des réseaux sociaux.

Agissons

Il est temps de regarder la vérité en face et de regarder les chiffres qui parlent d’eux-mêmes. Une étude a montré qu’un élève sur 20 se sentait harcelé à école. Le harcèlement est un phonème qui n’est plus rare et qui n’est pas assez pris au sérieux.

En parler vaguement, c’est une chose, mais agir en est une autre. Il est temps de s’adapter, de comprendre, de gérer ce problème qui n’arrête pas d’évoluer. 

Il est temps que les gens comprennent que c’est un problème grave et que le harcèlement de cette époque n’est pas le même que celui d’avant. Avant, cela pouvait se limiter à l’école, mais maintenant, c’est constant avec les réseaux sociaux et téléphones. Avec l’évolution du temps, il faut trouver de meilleures manières de lutter contre. Plus de communications, plus de formations, … 

En Bref ...

Je sais que dis comme cela, on dirait que je suis un peu … utopiste. C’est bien beau de pointer tout ce qu’il ne marche pas, mais cela ne fera pas avancer les choses.

On est tous responsable. On a tout quelque chose à changer. 

Je sais aussi que tout n’est pas blanc ou noir, que ce tout ça, c’est compliqué, mais il faut en parler et cette série le fait bien. Tout le monde devrait la voir. Elle aborde les questions et maintenant … À nous de les régler.

 

Nous finirons cet article sur ceci : 

Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde. 

Gandhi.

 

Humeur. Mood. Conseil. Lettre. Astuce. Conseil. Tips. Nouveauté. News. Lifestyle. Confiance. Sois. Bien-être. Harcèlement. Viol. Série. Avis. Conseil. Coup de gueule. Mal-être. Faiblesse. Amour. Parents. #confiance . #harcelement

10 commentaires sur “La série qui lance le débat

  1. Moi j’ai beaucoup apprécié 13 Reasons Why et j’avoue que je n’ai pas compris les réactions du publique non plus. Pourtant c’est un phénomène de notre société et il ne faut pas fermer les yeux là-dessus. Je trouve ça bien qu’on en parle même !
    J’ai été moi-même victime d’intimidation durent presque toute ma scolarité. Tellement que j’ai plusieurs fois tentée de me suicider et j’ai été dépressive pendant très longtemps. Aujourd’hui, même si cela est derrière moi, que je vais mieux, je retrouve ce traumatisme dans ma vie de tous les jours. J’ai peur du regard des autres, je suis devenue très timide, j’ai pas d’amis, etc… Ils pensent que c’est drôle, mais ils ne se rendent pas compte des conséquences que cela apporte.
    Bref, merci pour ton article 🙂

    J'aime

  2. J’ai lu beaucoup d’articles de blog sur cette série mais pour être honnête, c’est le tien qui me donne le plus envie de la voir ! Je pensais déjà que cette série m’intéresserait au vu des sujets abordés mais ton article écrit avec le coeur et la conviction me le confirme. Tu as raison, ce sont des sujets dont il faut parler pour espérer qu’enfin, la situation s’améliore !

    J'aime

  3. Je suis entièrement d’accord avec ton point de vue ! Cette série, quoi qu’on en dise, a au moins le mérite d’ouvrir le débat. Avant cette série, des sujets comme les maladies mentales, le suicide, le harcèlement et j’en passe, c’était plutôt difficile d’en parler et surtout tabou. Ça l’est toujours évidemment, mais moi qui suis très sensible à ces sujets, notamment pour les maladies mentales, j’ai pu voir une petite amélioration, des esprits peut-être un peu plus ouverts et à l’écoute, pas pour tout le monde bien sur, mais je pense que cela a ouvert une porte.
    Le fait d’avoir ces différents points de vue montre aussi que l’on ne ressent pas tous les choses à la même intensité et j’espère que la série aura montré que la dépression n’est pas qu’une simple tristesse passagère (ce qui est souvent amalgamé) et que cela peut arriver à n’importe qui.
    En tout cas merci pour cet article, c’est important d’en parler !
    Bisous

    J'aime

  4. Je n’ai pas du tout entendu parlé de cette série, cependant les phénomènes de harcèlement je connais, en ayant été victime moi-même au travail. Je pense que malheureusement ceux qui sont censés nous aider et nous soigner (les médecins) sont très impuissants par rapport à cela, ils ne savent que donner des traitements qui nous abrutissent, mais qui ne solutionnent pas le problème à la base. J’ai approfondi le sujet, pour savoir pourquoi, moi, un autre, une autre. Souvent des problèmes de jalousie de base, mais toujours le problème est celui de l’agresseur et non de l’agressé, ce qu’on oublie trop souvent, c’est le même cas pour les affaires de viol, où vite la victime devient suspecte.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s