La perfection n’existe pas

La perfection n’existe pas. C’est un fait. Et une fois que vous l’avez assimilez, je peux vous garantir que vous allez plus loin.

Il y a quelque mois, j’ai eu une période où j’étais obsédée par la perfection. Je ne publiais presque plus sur le blog parce que j’étais persuadée que ce n’était pas bien, que cela n’avait pas d’intérêt et surtout, que ce n’était JAMAIS parfait. Cette période n’a pas duré très longtemps mais elle a existé.

image1-1

Du jour au lendemain, je suis sortie de cet état d’esprit et tout ça à cause d’une phrase dite par je-sais-pas-qui à la radio : « La perfection n’existe pas, mais ne vous inquiétez pas, ce n’est pas grave ». Je ne saurais pas vous expliquez le déclic que j’ai eu. Pourquoi ? Comment ? Je n’ai de réponses à aucune de ces questions. Par contre, je retiens plusieurs choses de cette période « perfectionniste », aussi bien des choses négatives que positives. 

La perfection, ça bloque 

Quand je relis les articles que j’ai écrit à cette période et que je n’ai jamais publié, j’arrive à un constat simple : la recherche de perfection, ça bloque. À force de vouloir que son article soit parfait, qu’il soit plus ceci et moins cela, on en vient à abandonner parce qu’on est jamais satisfait. 

image3

Et tout ce processus est un cercle vicieux, sans fin, puisqu’on abandonne l’un pour passer à un autre en arrivant au même constant : ne pas être satisfait. Et petit à petit, on abandonne de plus en plus, jusqu’à ne plus rien publier, car rien n’est jugé bien. 

La perfection, ça coupe la spontanéité 

Cela va un peu dans le même sens que le paragraphe précédent : on est bloqué par la perfection et on en perd sa spontanéité. 

Tu écris puis tu relis, encore et encore, jusqu’à ce que le texte n’ait plus rien avoir avec le texte initiale – tout ça pour qu’au final, aucun ne soit publié. 

Only limitLa perfection, ça pousse au dépassement

Dans l’introduction de l’article, je vous dis que cette période à des côtes négatifs mais aussi positifs. Je dois avouer que cette période m’a appris à aller chercher plus loin et à remettre en question mon contenu – parfois de manière trop extrême, je l’avoue. 

image4

Cette recherche de perfection m’a fait comprendre qu’il fallait se dépasser et ne pas s’arrêter à ce que l’on avait – certes, cela doit rester dans la limite du raisonnable et on ne doit pas se rendre malade. En bref, j’ai appris que la remise en question devait être régulière et qu’il ne fallait pas se reposer sur ces lauriers.  

La perfection n’est pas une finalité 

Si vous êtes dans la période dans laquelle j’étais il y a quelque mois, vous devez prendre conscience que la perfection n’est pas une finalité. Il est important de se fixer des objectifs – réalisables ! 

Version.png

Conseils

Je terminerai cet article par deux conseils.

D’abord : respectez-vous. Avec le recul, je me suis rendue compte que ne pas avoir confiance en mon travail et en ce que je produisais, à ce point, était un manque de respect envers moi-même. Passez son temps à se rabaisser, à se dire que c’est nul, … Ce n’est pas une solution. Oui, vous devez avoir un avis critique sur votre contenu, mais respectez-vous. 

Et pour finir : amusez-vous. Parfois, il faut savoir lâcher prise, ne pas tout prendre trop au sérieux. Recommencez à aimer ce que vous faites. Le monde ne va pas s’écrouler. Profitez sans prise de tête. 

image2

Ici, je vous parle de la perfection par rapport au blog mais la situation peut être post posée dans pleiiiin de cas. Travail. Étude. Sport. … Tout peut y passer. 

imperfection

Je ne sais pas si cet article est bien construit. Il n’est pas parfait – mais rien ne l’est. Cependant, j’espère qu’il vous aidera. 

La #perfection n'existe pas. Comment lutter contre ce #sentiment . #Pinterest #LifeStyle La #perfection n'existe pas. Comment lutter contre ce #sentiment . #Pinterest #LifeStyle
 

12 commentaires sur “La perfection n’existe pas

  1. Je t’avoue que j’ai tendance à être trop perfectionniste et ça en devient maladif… J’ai beaucoup de mal à prendre plaisir à faire ce que je fais parce que je veux toujours faire mieux. Ça marche pour le blog, Instagram mais également dans la vie de tous les jours… Au final ça me rend malade et j’essaie de soigner ce point que me rend malheureuse…
    Merci pour cet article, il m’a un peu fait prendre conscience de mon problème et qu’il fallait que j’arrête un peu de trop l’être.
    Bisous.

    Aimé par 2 personnes

  2. J’aime beaucoup ton article et je suis vraiment d’accord… Parce que je combat ça depuis longtemps et que m’obliger à rester spontanée et à sortir un article « moyennement » bien ficellé ou une vidéo totalement nulle enfin que je juge nulle me permet de combattre cette recherche de la perfection. C’est un vrai travail sur nous même!!! bisousss

    Aimé par 1 personne

  3. Un très bel article certes imparfait (comme tu le dis rien ne l’est vraiment) mais sincère et aidant. C’est vrai qu’on tombe vite dans ce « travers » du perfectionnisme et je trouve qu’il faudrait effectivement appliquer les précieux deux conseils du tu prodiques même si parfois c’est très dur
    Bon courage 🙂

    J'aime

  4. Article très intéressant. J’ai tellement d’articles dans les brouillons qui sont lus, modifiés, relus etc Toujours imparfaits à mes yeux, mais j’essaye de lacher un peu prise et au final c’est beaucoup moins de stress et de prise de tête. J’apprecie d’autant plus le blogging

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s