Première année à l’université

Fin juin, j’ai fini mes examens et par la même occasion, ma première année d’université. Et s’il y a bien une chose que je retiens de cette année, c’est que rien ne s’est passé comme prévu mais réflexion faite, c’est peut-être mieux.

IMG_2223_polarr

Il y a exactement un an, je me suis inscrite à l’université en première année en science économique et gestion. À ce moment-là, j’étais plutôt sereine. C’était une période où j’avais besoin de vrais changements dans ma vie et l’université est arrivée au bon moment. Je me sentais prête à passer ce – grand – cap.

A peine quelques semaines plus tard, j’ai commencé à un peu stresser. Je vous avais d’ailleurs fait un article à ce sujet : Premier pas à l’université.

Mi septembre, les cours ont commencé et les doutes se sont peu à peu estompés, j’ai trouvé mes marques et les choses qui me faisaient stresser auparavant se sont, naturellement, estompées.

À la fin de ma première semaine de cours, j’étais emballée. J’adorais mes études, mes profs, mes matières. J’étais dans un état presque euphorique. Je pense que cet état a duré jusqu’au mois d’octobre.

Fin octobre, j’ai commencé à avoir un avis plus critique par rapport à mes cours, les matières et la manière dont c’était donnée. J’en avais marre des semaines de 38 heures et des cours sans intérêt. Et pire, j’ai commencé à ne plus aimer ce que je faisais comme étude.

J’ai passé le mois de décembre dans mes cours pour préparer ma session d’examen de janvier sans être sûre de la manière dont je devais m’y prendre. J’ai évidemment fêté Noël comme il se doit mais par la suite, je suis restée à la maison pendant que ma famille partait en vacances en France et, je n’ai pas fêté Nouvel an. Une chose qui m’a marquée, c’est que durant toute cette période, j’avais l’impression d’énormément travailler.

Les examens de janvier sont rapidement arrivés et ça a été une tuerie : j’ai réussi 3 examens dont un qui ne servait à rien. J’avais évidemment raté les plus gros et je me retrouvais avec un gros retard de point. En bref, une vraie catastrophe. Pour la première fois de ma vie, je n’avais pas honte de dire mes résultats à mes parents parce que même s’ils étaient déçus de moi, je l’étais de toute façon plus qu’eux. 

IMG_2217_polarr

Je ne me suis pas arrêtée à ce sentiment, je ne suis pas tombée dans une déprime mais je l’ai utilisé comme … une force. Je suis allée voir mes examens et j’ai cherché à comprendre pourquoi cela n’avait pas marché.

Suite à ce parcours du combattant pour voir tous mes profs et pour comprendre mon échec, j’ai fait un break et je suis partie une semaine à Amsterdam avec des potes. Je me suis coupée de l’université, des réseaux sociaux, de ma vie. J’avais besoin d’une pause dans le temps. Et maintenant, quand je prends du recul, c’est une des meilleurs décisions que j’ai prise cette année car cela m’a permis de relativisé mon échec et de ne pas m’enfermer.


Je vous parle de cette coupure dans cet article : Instagram, cette perfection


Début février, j’ai commencé le nouveau quadrimestre sur d’autres bases. J’ai été à tous mes cours en me forçant à être attentive et en pensant, dès le premier cours, à l’examen qui arrivait à la fin. Puis, les mois se sont suivis en se ressemblant : cours, cours, cours.

Début mai, j’ai commencé à préparer ma session de juin et mine de rien, j’ai préparé le terrain. Dans la foulée, j’ai pris la décision de représenter tous les examens que j’avais ratés en janvier.

Encore une fois, la session est rapidement arrivée et certes, c’est mieux que la précédente mais ce n’est pas encore assez. Alors pour conclure cette première année d’université, j’ai passé mon été dans les cours.

Même si je n’aime pas mes cours, je n’ai jamais été aussi déterminée. D’abord, parce que j’ai ma fierté et qu’il m’est impossible d’envisager de rester en première. Ensuite, parce que je n’aime pas mes cours donc impossible d’envisager de devoir les subir encore un an. Et pour finir, parce que j’ai besoin de me prouver que je peux simplement le faire.

Conseils

IMG_2214_polarr

Je pense que je n’ai jamais écrit un article aussi personnel sur ce blog alors, au final, pourquoi je vous raconte tout ça ?! Parce que je me rends compte que cette année a beau avoir été compliquée, j’en tire des conclusions énormes. Alors autant que cette année chaotique serve à vous donner des conseils.

  • Faites attention à vos attentes : la réalité est souvent bien loin de ce qu’on imagine. Mais je ne vais pas arrêter d’avoir des rêves pour autant – et surtout, n’arrêtez pas aussi, bien au contraire
  • Informez-vous : le faite que l’université n’ai pas répondu à mes attentes vient, en partie, du fait que je n’étais pas assez, ou mal, informée sur le sujet. Les études sont un sujet important, qu’il ne faut pas traiter à la légère. On a beau me l’avoir dit plusieurs fois, j’aurais dû aller plus loin dans la réflexion, ne vous laissez pas avoir.
  • Préparez-vous : une fois que vous vous êtes informés, préparez-vous aux changements pour que l’adaptation soit plus facile.
  • L’échec n’est pas la mort : l’échec fait partie de la vie. La différence entre les gens se voit, souvent, dans la manière dont ils traversent les épreuves. Relativisez, ne vous rendez pas malade pour rien.
  • Continuez à vivre : grande leçon de cette année. La vie est beaucoup trop courte pour ne pas la vivre totalement.

Porte école

Bilan d'une première année à l'université #student #tipsComme je le dis au début, tout est loin de s’être passer comme prévu mais j’ai appris plein de choses, j’ai rencontré des gens géniaux et même si j’ai pour le moment partiellement raté mon année, je ne regrette rien.

Je sais que cet article est TRES différent de ce que je fais d’habitude. Je sais qu’il est TRES long. Mais je ne voyais pas traiter cela de manière plus courte. Merci d’avoir pris le temps de le lire, j’espère qu’il vous aura plu et aidé.

10 commentaires sur “Première année à l’université

  1. C’est vrai que la première année de fac peut être perturbante. C’est beaucoup de changement. Je me souviens encore de la mienne, pas très à l’aise je l’avoue haha.

    Bon courage pour la suite et beaucoup de succès pour tes études !!

    À bientôt 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Hello, j’ai trouvé cet article vraiment top, je me suis trompé de filière pour ma première année et donc je connais la difficulté des cours qui sont pas plaisant etc…
    Par contre je ne comprends pas pourquoi tu ne changes pas de filière si tes cours ne te plaisent pas ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s