« no bra », possible pour toutes ?

_ Ta fille commence à avoir des seins, tu lui as déjà acheté ses premiers soutiens-gorge ?

_ Évidemment.

J’avais 13 ans quand j’ai entendu cette conversation à la sortie de l’école. Bien que cet échange ne parlait pas de moi et que je n’ai pas été choqué par les propos sur le moment, je l’ai toujours gardé dans un coin de ma tête. Aujourd’hui, je me rends compte du sens de cette conversation : on part du principe que porter un soutien-gorge est un acte « normal ». 

À l’heure où le mouvement « no bra », qui pour rappel prône le fait de ne pas mettre de soutien-gorge, secoue les réseaux sociaux, je n’ai pas pu m’empêcher de réfléchir, à ma manière de porter le soutien-gorge. Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, je n’ai pas arrêté totalement de porter ce bout de tissuvue par certaines comme un instrument de torture

IMG_2679_polarr.jpg

Réflexion 

Cette réflexion est survenu, comme je vous le disais au début de l’article, lorsque l’on a commencé à voir pleins de vidéos sur Youtube : j’arrête de porter le soutien, bilan après un an sans soutien, … 

La première fois que j’en ai regardé une, c’était une fille qui faisait un bilan de cette « expérience », et c’était par pur curiosité. Cette fille, disaitcomme beaucoup que cette « expérience » avait révolutionné sa vie : elle n’avait plus de douleur au dos, des seins raffermis, … 

Pour être honnête avec vous, je n’y ai pas cru. Ne voulant pas agir juste pour suivre « la tendance », j’ai d’abord analysé tous les avantages et inconvénients qu’elle citait. 

k7ZVflLyRl+zzXgn9chYMQ

Avant de poursuivre, notez que le but de mon article n’est pas de vous convaincre qu’un choix est mieux que l’autre. Je le fais parce que : 

  • Les gens qui ont donné leur avis sont trop catégoriques : toujours ou jamais. Et l’équilibre dans tout cela?
  • Il y a peu d’avis concernant les femmes ayant une forte poitrine.

Pourquoi je porte un soutien-gorge? 

IMG_2675_polarr.jpg

Parce qu’il faut. Cela va peut-être paraitre complètement débile mais c’est la première chose qui m’est venu en tête quand je me suis posée la question. D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai commencé à en porter quand j’ai eu de la poitrine parce qu’on m’a dit qu’il fallait. 

De plus, dans notre société pleine de jugements, dès que l’on ne fait pas « ce qu’il faut » ou « ce qui est normal », on nous regarde bizarrement. Il faut pouvoir assumer ce regarde au quotidien. Et il y a quelques années, je n’aurais pas été capable d’assumer ce regard.

Parce que c’est bon pour la santé. Ayant une forte poitrine, on m’a toujours dit qu’avoir un bon maintient au niveau de la poitrine était bon pour le dos. 

Afin de ne pas dire de bêtise lors de la rédaction de cet article, je me suis renseignée et concernant la santé, les avis sont assez divers. Je vous laisse vous renseigner par vous-même afin que vous vous fassiez votre propre opinion sur ce point. 

Parce que c’est joli. Avouons qu’un soutien-gorge en dentelle, c’est beauok, la beauté est subjective. Mais il n’y a pas que cela qui est joli puisque la façon dont il est possible de « mettre en valeur » sa poitrine avec un soutien-gorge peut l’être tout autant. 

Parce que je me cache – inconsciemment. Si je porte un soutien-gorge pour mettre en valeur ma poitrine, cela veut dire qu’indirectement, je cherche à cacher ma poitrine au naturelle, non ? 

Pourquoi je n’en porterai pas ? 

IMG_2674_polarr.jpg

Parce que ce serait plus confortable. Presque depuis le début où je porte des soutient-gorge, je trouve cela très inconfortable : ça rentre dans la peau, fait des marques, coupe la circulation, … 

Parce que je veux m’assumer. On est d’accord, cet argument est une réponse claireaux derniers que je cite dans le cas favorable au port de soutien mais je tenais quand même à le mettre.

Parce que ce serait plus simple. Autant je n’ai jamais vraiment eu de problème de « bretelle qui tombent », par contre le problème du « je n’ai pas le bon soutien pour aller avec ce haut », je connais. Ne pas porter de soutien, c’est un problème en moins le matin lorsque l’on s’habille. 

Un équilibre 

Lorsque je suis arrivée à la fin de ma réflexion, j’ai fait un constat simple : chacune des solutions avaient des avantages et inconvénientsun peu comme tout dans la vie. Et pour savoir ce qui me convenait vraiment, j’ai testé telle ou telle situation avec et sans soutien-gorge. C’est quelque chose qui s’est fait sur plusieurs mois et je suis loin d’avoir jeté tous mes soutiens du jour au lendemain.

IMG_2948_polarr

Lorsque j’ai eu fini mes expériences, je suis arrivée à un « équilibre » et à plusieurs constats: 

Il y a des soutiens-gorge confortables. Comme je vous le dis plus haut, pour moi, mettre un soutien rimait avec inconfort. Eh bien, les choses ont changé. C’est parfois simplement une question de taille, de forme ou bien même de matière. 

Lorsque l’on se penche un peu sur la question des sous-vêtements, on se rend compte qu’il en existe beaucoupde sorte. Il suffit parfois de changer simplement de « type » et de trouver le bon.

Il y a un temps pour tout. Au lieu d’avoir un point de vue radical sur la question, on peut s’adapter à la situation. En mettre pour le sport mais pas pour telle occasion par exemplevous avez compris l’idée.

Les enjeux

Mine de rien, porter ou non un soutien-gorge va bien plus loin que la question purement esthétique. Avec cette réflexion, j’ai compris deux choses. 

Premièrement, il était important de s’accepter au naturel. Avoir confiance en soi, en son corps passe aussi par l’acceptation de soi sans artifice.

Deuxièmement, les gens n’aiment pas quand on n’est pas dans les conventions sociales. En parlant avec une connaissance de ce mouvement « no bra », je me suis rendue compte que certaines personnes trouvaient que ne pas porter de soutien-gorge, cela faisait « pute » et « vulgaire ». Est ce qu’on ne serait pas face à une sexualisation du corps de la femme, là ?! Je vous laisse répondre en votre âme et conscience

Evidemment que ce point pourraitêtre bien plus développéque ça. Il mérite même un article entier. Qui sait, peut-être que je l’écrirais un jour …

No Bra Inspiration #mode #lifestyleEn bref, je ne pense pas qu’il y a de réponse toute faite sur la question : faut-il ou pas porter de soutien-gorge puisqu’il y a plusieurs facteurs à prendre en compte tel que l’activité que l’on fait.

En partant de cette base-là, je me vois mal vous donner des conseils pour mettre, ou non, un soutien-gorge car cela dépend tellement d’une personne à l’autre que l’on ne peut pas faire de généralité. 

Mais je peux tout de même vous dire ceci : vous avez le choix et vous n’êtes pas obligée de subir l’obligation silencieuse du fait de porter un soutien-gorge. Alors peut-être que c’est le moment de vous demander pourquoi est-ce que vous en portez. Je suis convaincue que cette question mérite d’être posée peu importe que vous ayez une poitrine généreuse ou pas. 

Fin de cet article interminable.

10 commentaires sur “« no bra », possible pour toutes ?

  1. Article très intéressant ! Je suis également tombé sur ces vidéo Youtube et je me suis moi même posé la question, je n’ai d’ailleurs pas encore vraiment essayé, mais ça me tente. Mais dans tout les cas, chacune est libre de faire ce qu’elle veut !
    Merci pour l’article ! 🙂

    J'aime

  2. Tu as dit l’essentiel ! Moi aussi j’ai toujours entendu qu’on avait besoin de soutenir la poitrine, et y’a une forme de rituel dans le fait de mettre ses premières brassières puis soutien gorge… Mais en fait, et c’est un problème, c’est plus pour « cacher » les seins qu’autre chose. Donc bien des années après mes premiers, ben je n’en porte plus du tout. Au début je me disais que je continuerais à en porter sous certains habits, robes etc et puis finalement ça s’est fait tout seul (unique exception, quand je vais chez le dermato, ou autres examens médicaux)

    J'aime

  3. Vaste question, et j’aime ta réponse par l’équilibre et la liberté.
    Les premiers articles sur le sujet m’ont intriguée. La chaleur de l’été aidant, j’ai commencé à ne plus en porter de temps en temps, puis plus fréquemment, pour voir. Au bout d’un certain temps, j’avais envie d’en (re)mettre, il y en a des si jolis, à ne pas cacher. Quel dommage de s’en priver…
    Ne pas les cacher, ne pas en mettre, c’est du pareil au même, ce n’est pas conventionnel 😉
    C’est tout le fond du problème, doit-on se conformer? Et surtout pourquoi?
    Tout simplement pour l’image, qui a un impact direct sur nos relations avec les gens, dans le boulot aussi bien que le privé, qu’on le veuille ou non.
    Et c’est bien le fond du problème, pourquoi la liberté d’être soi est-elle si chère?

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s