Que coûte réellement un podcast

Est-ce que l’argent a déjà été la cause d’un projet qui n’a jamais abouti ? La plupart du temps, c’est une excuse. Je le sais et je peux le dire parce que je suis souvent passée par là. « Je ne fais pas ceci parce que j’ai besoin de cela mais je n’ai pas l’argent pour cette chose en question ». Ça vous dit quelque chose ?!

Quand j’ai ouvert mon podcast, la question des investissements s’est très rapidement posée, une fois que le projet était défini. Je suis convaincue qu’un investissement devient intéressant s’il peut faire gagner du temps et/ou de l’argent et qu’on va le rentabiliser dans la durée. Parfois, ce n’est pas possible. Cependant ce n’est pas pour autant que c’est une excuse valable pour abandonner.

Tout ça pour vous dire qu’aujourd’hui, j’ai décidé de faire un article complet sur le VRAI coût d’un podcast. Et dans ce compte-rendu, je vais être honnête sur ce qu’il me coûte, mais aussi sur les alternatives gratuites qui existent aujourd’hui sur le marché pour chaque étape.

Matériels d’enregistrement

C’est définitivement la première question qui se pose quand on veut lancer son podcast parce que l’audio est au centre du supportet encore une fois, quand on a déjà l’idée, le concept, la ligne éditoriale, …

Le choix du micro

  • La solution gratuite : est celle qui se trouve déjà sur votre téléphone, à savoir votre application Dictaphone. De nos jours, nous avons tous un smartphone et c’est un outil qui nous est donc, à tous, accessiblemais c’est aussi faisable directement depuis son ordinateur.
  • La solution payante : est celle qui est disponible sur le marchéassez logiquement. On entend beaucoup parler du Rode NT qui coûte aux alentours de 130€ et qui est connu pour son excellente qualité de son. Mais il y a aussi le Blue Yéti qui coûte aux alentours de 100€ et qui est connu pour sa polyvalence.

Personnellement, j’ai opté pour la solution payante dans ce cas-ci. J’ai d’ailleurs pris le Blue Yeti. En plus d’avoir un son de très bonne qualité, c’est un micro qui pourra évoluer avec le temps grâce à ses nombreuses fonctionnalités. Au micro, j’ai ajouté un casquele Beats Solo sans fils 3afin d’entendre exactement ce qui s’enregistre pour ne pas avoir de mauvaises surprises au montage.

1

Le choix du logiciel d’enregistrement

Concernant cette partie, elle dépend de la précédente car certains cas de figure ne mènent pas à l’utilisation d’un logiciel d’enregistrement. En d’autres termes, si vous utilisez un Dictaphone, ce n’est pas utile. Par contre, si vous utilisez un micro relié à votre ordinateur, c’est indispensable.

  • La solution gratuite : est Garage Bandsi vous avez un Macou Audacitysi vous n’en avez pas car c’est un logiciel en Open Source.
  • La solution payante : est Adobe Audition. C’est un outil très puissantet à mon avis, il faut s’y connaître un minimum pour qu’il soit rentabilisé en utilisant toutes les fonctions qu’il propose.

Dans ce cas-ci, j’ai décidé d’opter pour la solution gratuite, à savoir Garage Band, simplement parce qu’elle remplit parfaitement son rôle. Mais aussi parce que c’était une solution très simple : déjà installée sur mon ordinateuret pourquoi se compliquer la vie quand on peut la rendre simple.

Matériels de traitement

Je suis une adapte du post traitement, et particulièrement avec les podcasts. Je trouve qu’il n’y a rien de pire que les blancs non justifiés ou les « heu » lorsqu’on en écoute un en tant que consommateur de contenualors je me vois mal l’imposer à mon audience. Mais je suis aussi une grande fan des musiques d’introduction, … En bref, toutes ces étapes se règlent après l’enregistrement avec du matériel adapté.

Le choix du téléchargement des musiques

  • La solution gratuite : Youtube Audio Library est une source assez connue mais ils en existent beaucoup d’autres telles que Fugue.
  • La solution payante : AudioJungle est aussi assez connu dans le milieu du podcast.

Pour le moment, les musiques qui sont dans les podcast, à savoir l’introduction, la conclusion et les coupures, sont libres de droit et gratuites.

Le choix du logiciel de montage

2

Les logiciels que je vous ai présentés pour enregistrer votre contenu font aussi l’affaire pour le monter.

Tout comme pour les logiciels d’enregistrement, j’utilise Garage Band et les arguments sont strictement les mêmes.

Hébergement

C’est l’étape qui m’a demandé le plus de recherche parce que cela ne fonctionne pas du tout comme un blogbien qu’on pourrait croire le contraire. On ne peut pas simplement se contenter d’importer un fichier et puis s’attendre à ce qu’il soit disponible sur toutes les plateformesc’est un poil plus compliqué que ça.

Pour qu’un podcast arrive dans les écouteurs de votre audience, il faut d’abord l’héberger et puis seulement le diffuser sur les plateformes d’écoute dont vous êtes – en quelques sortes – dépendant. Le rôle de l’hébergeur est donc de centraliser vos fichiers afin de les distribuer par la suite aux plateformes que vous avez choisies – tel que Apple Podcast, Spotify, … Mais ce procédébien qu’il soit un peu compliqué au débutà l’avantage que vous ne devez importer votre fichier qu’une foissur votre hébergeuret non sur chaque plateforme.

  • La solution gratuite : est SoundCloud. C’est une des rares plateformes qui propose un plan gratuit qui inclut jusqu’à 3 heures d’écoutes par mois. C’est une formule que je n’ai pas testée personnellement, par contre j’en ai discuté avec des gens qui l’utilisent et il y a de toutdu bon comme du mauvais.
  • La solution payante : est Aushaou les centaines d’hébergeurs payants qu’il y a sur le marché. C’est une plateforme qui propose un service « clé en main » dont toutes les fonctionnalités sont faites pour vous faciliter le travail.

En ce moment, je suis chez Ausha. J’ai opté pour la version payante parce que je ne savais pas qu’il y avait des versions gratuites. J’en suis contentebien que j’ai déjà eu quelques petits soucis mineurs avec la plateforme.

Je pense que le choix de l’hébergeur ne devrait pas être pris à la légère et qu’il faut se poser des questions comme : quelle est l’espace de stockage dont vous avez besoinen générale, c’est ce qui détermine le prix – quel est le type de statistiques dont vous avez envie, quel est votre montant disponible pour cette catégorie, …

Promotion des articles

La promotion des articles fait partie du processus à part entièrec’est tout aussi important que la création. Après tout, si vous écrivez dans le vide, ça a tout de suite moins d’intérêt. Pour cette partie, il n’y a pas une différence aussi claire entre solutions gratuites et solutions payantes parce que la plus part des outils sont gratuits avec des options payantes.

  • Headliner : est un outil qui permet de faire des visuels très sympas sur base d’un audio. Personnellement, c’est ce que j’utilise pour les vidéos de promotion que je publie sur Instagram. J’ai la version gratuite qui consiste à pouvoir télécharger 10 vidéos par mois.
  • Buffer : est un outil qui permet de planifier ses publications sur les réseaux sociaux tels que Instagram ou Facebook.
  • Tailwind : est un outil qui, comme le précèdent, permet de planifier ses publications sur les réseaux sociaux, sauf qu’il est spécialisé dans Pinterest.

J’ai fait le choix d’utiliser ces trois outils mais de ne payer que pour le dernier puisque les autres versions gratuites me conviennentpourquoi dépenser de l’argent quand on peut l’économiser.

La connaissance

Je suis convaincue qu’il est très important d’acquérir de nouvelles compétences en dehors de « l’école traditionnelle ». Je ne suis pas la science-infuse. Je ne connais pas toutet je suis bien consciente que c’est impossible d’en arriver à ce stade-là. Par contre, il y a certains domaines que j’aimerais maitriser et ce qui tourne autour du podcast n’y fait pas exception.

  • La solution gratuite : est Youtube pour les vidéos ou les blogs pour les articles. Je n’en ai pas en particulier à vous citer parce que j’ai cherché en fonction de mes besoins ou des points très particuliers mais la barre de recherche des plateformes en question sera votre meilleur allié.
  • La solution payante : est une formation complète telle que celle de Marco Bernard.

Concernant cette catégorie, je reconnais que je suis dans le premier cas. Lorsque j’ai commencé à faire mes recherches pour ouvrir mon podcast, j’ai abusé de YouTube et de vidéos en tout genre

Une conclusion en chiffres

Alors finalement, après tout cet article et ces arguments : que me coûte réellement le podcast « Carnet Pétillant » dont les épisodes sortent une fois par semaine à raison de 15 minutes en moyenne ?

Pour le lancement

  • Le micro : j’ai choisi le Bleu Yeti que j’ai payé 139€.
  • Le casque : j’ai choisi le Beats Solo sans fils 3 que j’ai payé 129€en promotion le jour de l’achat.
  • Le logiciel d’enregistrement et de montage : j’ai choisi Garage Band qui est gratuit.
  • Les musiques : j’ai choisi des musiques libres de droit pour débuter, ce qui est gratuit.

Pour le lancement du podcast, j’ai donc dépensé 268€.

Mensuellement

  • L’hébergement : j’ai choisi Ausha que je paye 11€ par mois.
  • La promotion : j’ai choisi les trois outils que je présente ci-dessus mais je ne paye que pour Tailwindque j’utilise aussi pour le blog à 70%. Au total, c’est un outil qui coûte 14€ et comme j’en prends 30% pour le podcast, je dépense 4,66€ – disons 5€ – par mois.

Pour faire vivre le podcast chaque mois, je dépense donc 16€.

Ponctuellement

  • Les formations : ayant opté pour les E-book gratuits et les vidéos Youtube concernant cette catégorie, mes dépenses sont à zéro pour le moment.
  • Les musiques : Je n’ai pas encore acheté de musique et celles que j’utilise pour le moment sont gratuitesmais c’est possible que cela change dans les prochains mois et dans ce cas-là, cet article sera mis à jour.

Je n’ai pas encore fait d’achat ponctuel mais c’est possible que cela arrive. Je ne me ferme pas à cette option.

Je suis bien consciente de ce que ces chiffres représentent. J’ai fait mes choix. Et je suis transparente sur le sujet. Ce n’est pas parce qu’ils me correspondent qu’ils vous correspondront. A vous de faire vos choix en fonction de votre projet et de vos objectifs.

Comme je vous l’ai dit au début de l’article, j’ai une idée très précise des fonctions d’un investissement.  Mais il est aussi important qu’il soit à la hauteur de l’objectif – on n’a rien sans rien. Et surtout, ils ne doivent pas être une excuse acceptableparticulièrement dans le cas d’un podcast puisque je viens de vous prouver qu’il y avait des alternatives gratuites.

10 commentaires sur “Que coûte réellement un podcast

  1. Une analyse complète, précise et en toute transparence qui sera très utile pour les personnes qui veulent se lancer, ou qui sont déjà dans l’aventure des podcasts.
    Concernant le matériel, c’est comme pour la photo on n’a pas rien sans rien, il est important de faire les bons choix.

    J'aime

  2. Un très bon article qui résume parfaitement ce qu’il faut pour débuter podcast, je te remercie ^^ J’hésite à en lancer un depuis quelques temps, le temps étant ce qu’il me manque le plus. J’ai déjà pleins de projets en cours et j’ai du mal à ajouter encore une tache à la me To do ^^

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s