L’art de s’excuser

À l’heure où j’écris ces lignes, je suis toujours chez mes parents.  Pas en vacances mais bien parce que j’y habite – en théorie – à l’année. Je n’ai pas pour habitude de vous dévoiler ma vie « privée » – que ce soit sur le blog ou sur les réseaux sociaux – et ce pour de multiples raisons – que je ne vais pas développer ici – mais aujourd’hui je tenais à vous en parler parce que c’est dans ce contexte très précis qu’à débuter la réflexion que je vais aborder – à savoir, les excuses

Si vous faites partie d’une fratrie – que vous ayez des frères ou des soeurs ou les deux – vous savez que les « disputes » arrivent facilement. La plupart du temps, – en tout cas chez nous – cela n’a rien de grave et c’est plus des chamailleries qu’autre chose. C’était précisément le cas un soir de semaine sauf que cela ne s’est pas vraiment fini comme d’habitude parce que cette fois-ci nos parents assistaient à la scène. Un mot est parti plus haut que l’autre et ma mère y a mis un stop en demandant à un de mes frères de s’excuser. Je serais incapable de vous dire quel était le mot en question ou même de quoi nous parlions a ce moment là mais cette phrase m’est restée en tête : « excuse toi, et tout de suite« . 

Ce n’est absolument pas la première fois que je l’entends. Quand j’étais petite, on m’a souvent demandé de m’excuser. Maintenant que j’ai passé 20 ans, c’est moins souvent le cas, non pas parce que je fais moins de bêtise – c’est discutable – mais simplement parce que j’ai plus la notion des limites. Et je vais être honnête avec vous, jusqu’à ce fameux soir de « dispute », tout cela me paraissait normal. J’estimais assez standard que ma mère demande à un de mes frères de s’excuser. 

Comme dans toutes situations dans la vie, il y a des limites. Mais elle est ou celle concernant les excuses ? 

Connaitre sa limite

Par définition – à en croire un dictionnaire très connu sur internet – s’excuser ou présenter ses excuses c’est exprimer des regrets pour quelque chose. 

Maintenant que je réfléchis à l’action de « s’excuser », je me rends compte qu’on ne s’excuse pas tous pour la même chose – loin de là même -, tout comme on ne s’excuse pas tous de la même manière. Je suis d’accord que cela peut s’expliquer par beaucoup de choses comme comme la culture ou l’éducation. Mais au final, de quoi faut-il s’excuser ? Et, faut-il s’excuser de tout ?  

Autant vous le dire tout de suite – je ne tiens pas à faire durer le suspense plus que nécessaire – , je pense qu’il ne faut pas le faire – et si ma mère m’écoute j’espère qu’elle ne pense pas qu’elle a raté mon éducation.

Pourquoi vous excusez-vous ? Est ce que vous le faites quand vous êtes en retard ? Est ce que vous le faites quand vous blessez quelqu’un, même si ce n’est pas ce que vous cherchiez ? Est ce que vous le faites quand vous cherchez à obtenir quelque chose en échange ? Est ce que vous vous excusez pour les sentiments des autres ? Quand est ce que vous vous excusez et pourquoi est ce que vous le faites ? Il n’y a sûrement pas qu’une réponse à ces questions mais il faut être clair avec soi-même parce que ça permet d’en déduire quand devez-vous arrêter de le faire. 

Tu es responsable de tes actes. Assumes-les si tu fais des erreurs et excuses toi pour tes erreurs mais te t’excuses pas parce que tu ne rentres pas dans le moule que les gens ont mis à ton nom. Tu es toi avec tes ambitions, tes envies, tes projets, ton plan d’action et ne t’excuse pas d’être toi-même !

Aujourd’hui, je ne m’excuse plus de la manière dont je ris, de la manière dont je m’habille, de l’histoire que j’ai ou encore des mes ambitions. J’ai arrêté de le faire parce que j’ai compris que s’excuser pour ça, c’est refuser de s’accepter. De plus, une partie des choses que je viens de citer, je ne peux plus les changer parce qu’elles sont passées et vécues alors s’excuser ne changera rien. Comme je vous le disais précédemment, on décide où on met son énergie.

Aujourd’hui, je refuse de m’excuser d’être moi. 

Article lié : ce que je refuse

Mais ne pas avoir du mal à le faire

On ne peut pas plaire à tout le monde. C’est certain. Mais qu’on se comprenne, je ne suis pas en train de vous dire qu’il ne faut jamais s’excuser. Tout n’est absolument pas acceptable. Et probablement que ma mère avait ses raisons concernant les excuses qu’elle a demandé à mon frère.

Mais, on ne peut pas le faire n’importe comment. On ne peut pas simplement s’excuser et puis ne pas agir en conséquence. Il y a des manière de s’excuser quand on doit le faire. 

Et il y a plus d’options que simplement aligner deux mots. Par exemple, si vous arrivez en retard, au lieu de dire « excusez-moi de mon retard », vous pouvez dire « merci de m’avoir attendu ». Dans les deux cas, le contexte est similaire mais votre réaction véhicule un message différent – et puis, il faut bien le reconnaître que s’excuser c’est particulier parce que parfois cela met encore plus d’huile sur le feu de manière totalement inutile

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas parce que vous décidez qu’il y a des choses pour lesquelles vous arrêter de vous excuser que vous ne devez plus jamais vous excuser. Il faut savoir reconnaître quand on a tord ou quand on a été maladroit. Et s’excuser ne doit être en aucun cas compliqué. 

Je pense qu’à un moment il faut mettre des limites et arrêter de s’excuser pour tout. 

Je vais être honnête avec vous, ça fait très longtemps que cet épisode est sur la liste des sujets que je veux traiter. C’est un sujet qui est, à mon sens, assez sensible parce que ce n’est pas avec un épisode de podcast qu’on peut définir toutes les situations – ou peut-être que c’était juste des excuses. Tout n’est pas blanc ou noir. Et c’est à vous de trouvez votre limite. 

S'excuser ... ce n'est pas un acte banal et j'ai envie de vous parler d'une réflexion a son propos. En bref, arrêtes de t'excuser pour tout !

Attention, cet article n’est que les notes de l’épisode de podcast 022 – L’art de s’excuser. La version audio est probablement plus complète.

4 commentaires sur “L’art de s’excuser

  1. Je suis entièrement d’accord. J’ai la mauvaise habitude de m’excuser à voix haute. « Ah pardon », « Oh, désolée… » et je ne m’en rends même plus compte. Parfois il faut arrêter de s’excuser d’exister et prendre sa place, c’est important, de s’affirmer. Bravo pour cet article !

  2. C’est vrai que je m’excuse bien trop souvent – souvent juste d’être là, de faire mon travail ou d’avoir juste des réactions humaines… C’est juste un réflexe, j’avoue. Mais j’ai plein de gens qui me le font remarquer et du coup, j’essaye de moins le faire. D’ailleurs, maintenant, je m’excuse mais juste après je dis « nan mais en fait, c’est pas de ma faute ».
    Bref, ravie une fois de plus de savoir que je ne suis pas la seule

Laisser un commentaire