Les habitudes de blogueuse que je ne fais pas

Je vais vous avouer quelque chose : j’aime les débats sur les habitudes. Ça a commencé il y a quelques mois, quand Youtube s’est mis à me proposer des vidéos reprenant les habitudes des gens qui connaissaient le « succès ». 

Article lié : les comportements qui ont changé mon blog

Depuis je me suis renseignée, j’ai lu, j’ai écouté des podcasts à ce sujet … Bref, je me suis fait un avis sur la question et c’est comme cela que j’en suis venue à vous partager celles qui ont vraiment fait évoluées mon blog – début février. Mais comme je vous le disais il y a quelques minutes, ça peut être un vrai débat car il y en a des centaines qui ont fait leurs preuves que je n’ai pas mise en place sur le long terme. C’est sur cette dernière catégorie que je voudrais m’attarder dans cet article … 

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je tiens à vous dire que cet article ne reprend en aucun cas la manière dont il est possible d’implanter une nouvelle habitude dans son quotidien mais qu’un autre lui a été dédié sur le blog – et sur le podcast par la même occasion.

Article lié : comment utiliser le pouvoir des habitudes

Faire des pauses

Je fais des pauses – ou plutôt je me force à en faire. Mais j’ai beaucoup de mal à me couper totalement du blog et des réseaux sociaux – Pinterest et Instagram sont mes points faibles en la matière. Et en général, quand je coupe réellement cette partie de ma vie, c’est parce que je suis obligée de me concentrer sur une autre – telle que mes études par exemple – donc ce n’est jamais une pause au sens « repos ». 

C’est extrêmement lié au fait que j’ai beaucoup de mal à délimiter clairement la frontière  entre ma vie professionnelle et ma vie personnelle. Ce n’est pas parce que je les fais déteindre l’une sur l’autre volontairement mais plus parce qu’elles sont finalement assez liées. Cette habitude-ci, on la voit partout en ce moment – ou alors c’est moi qui fait une fixette – et je pense qu’elle est importante, mais je suis convaincue qu’en pratique c’est bien plus compliqué dans certain cas que dans d’autres. 

Maintenant que j’y pense, par rapport au blog, c’est probablement également lié au fait que j’ai beaucoup de mal à lâcher-prise sur le fait qu’il y a des jours où je ne publie pas – je déteste louper des rendez-vous

Tout ça pour dire, que je fais peu de pause – pour ne pas dire aucune – dans le but de réellement me reposer dans ma vie de blogueuse – mais je devrais peut-être de temps en temps

Avoir une routine de production

J’en avais une, mais je n’en ai plus. C’est une habitude que j’ai sortie de ma vie parce qu’aujourd’hui, elle ne convient plus à mon rythme – mais qui sait peut-être qu’elle reviendra. C’est définitivement les mêmes étapes pour produire un contenu parce que je ne vais pas réinventer le processus. Cependant, je n’ai plus une routine avec un jour précis pour écrire, un autre pour faire les photos et encore un pour faire la mise en page en fonction de ce qui a été produit précédemment. 

Dans la même lignée, je n’ai pas d’endroit fixe pour écrire mes articles de blog ou encore préparer mes épisodes de podcast. Parfois c’est à mon bureau, parfois c’est dans le fond de mon lit au chaud, parfois c’est dans un café. Vous avez compris l’idée, je n’ai plus de lieux favoris et définis pour rédiger mes articles. 

L’important n’est plus tant le moment et le lieu mais bien l’inspiration. Et en général cela s’équilibre – parfois j’écris trois articles en une semaine et parfois pas mais étant donné que j’ai un calendrier éditorial, cela fonctionne

Article lié : comment avoir toujours un article à publier

Tant que vous arrivez à être efficace et que votre rythme – qu’il soit fixe ou non – vous convient alors il n’y a pas à se prendre la tête. On n’est pas obligé d’avoir constamment une vie organisée au millimètre prés. Alors je vous rassure, si vous êtes dans le même cas que moi, il est possible de très bien le vivre si on n’a pas  de routine de création de contenu. 

IMG_1092

Utiliser les statistiques

N’avez-vous jamais entendu quelqu’un vous dire qu’il faut surveiller les statistiques de son blog ou même de vos réseaux sociaux ? Je suis sûre que c’est le cas – si pas plus d’une fois

Je suis convaincue qu’il est important de mesurer ses progrès parce que cela permet de se rendre compte de ce qu’on a fait, de ce qu’on pourra faire mieux la prochaine fois, … Mais je suis également convaincue qu’il y a d’autres manières que les chiffres – entre autres les statiques – pour ce faire.

Je regarde de temps en temps les statistiques du blog – j’utilise Google Analytics – mais absolument pas assez pour en tirer réellement quelque chose sur le long terme. Je fais le minimum, entre autre savoir si tout fonctionne correctement. Mais je ne passe plus des heures à essayer de mettre des mots sur les chiffres – ce que j’ai fait pendant un temps mais cela n’a pas très bien fonctionné dans mon cas et à part me pourrir la tête, j’ai pas vu beaucoup de résultat

En parler …

Je ne parle que très peu de mon blog dans la « vraie » vie. Les personnes qui sont au courant de cette activité se comptent sur les doigts d’une main. Ce n’est pas parce que j’ai honte. Ce n’est pas parce que j’ai peur de leur réaction. Ce n’est pas parce qu’il n’est pas important à mes yeux. C’est juste que j’estime que je n’ai pas besoin de m’attarder sur cette activité parce qu’elle m’appartient. 

Dans un épisode de podcast récemment, je vous disais qu’il était important de vivre pour soi et qu’à partir du moment où l’on fait une activité sans avoir forcément besoin de l’exposer à d’autres, c’est qu’on agit vraiment dans son propre intérêt. Et bien le blog est mon activité en question. 

Article lié : vivre pour soi

Je fais l’activité pour moi. Cela va à l’encontre même de parler de ses projets pour les faire évoluer en groupe. Mais j’estime que les personnes qui doivent savoir sont au courant et qu’il est important de s’écouter – en l’occurrence dans ce cas-ci je ne ressens pas le besoin d’en parler même s’il fait partie de mon plan d’avenir à part entière comme j’aime me le répéter

Ce que j’essaie de vous montrer avec cet article, c’est qu’il est possible de se rapprocher de ses objectifs autrement qu’en suivant certaines habitudes que l’on voit partout. Lorsqu’on veut mettre une habitude en place, il faut le faire parce qu’on est intimement convaincue que c’est bon pour nous et non simplement parce qu’on l’a vu dans une vidéo sur Youtube – faire « comme les autres » n’est pas une raison suffisante pour une habitude durable.

Je ne suis pas une blogueuse parfaite. Il y a des jours où je m’en rapproche et d’autres où je suis à côté de la plaque. C’est la vie, la vraie.

Article lié : les actions de GirlBoss que je ne fais pas et pourtant je vais bien

Comment être une bonne blogueuse ? Au lieu de te dire tout ce qu'il faut faire, je te dis ce qu'il NE faut PAS faire. #blogging

8 commentaires sur “Les habitudes de blogueuse que je ne fais pas

  1. En même temps, chacun ses habitudes, non ? Je pense pas que ça aie un rapport avec le fait d’être une bonne blogueuse ou pas. Au passage tu déchires tout, t’as un blog qui fonctionne, un podcast super intéressant, donc habitudes ou pas, tu peux arrêtes de te poser la question !

    bien belle journée ^^

    1. Effectivement, chacun ses habitudes. Mais je pense que c’est important de dire aussi ce qu’on ne fait pas en tant que blogueuse parce que sur internet on voit, en majorité, ce que les gens fond.
      Merci beaucoup pour les compliments 🙂
      Bonne journée

Laisser un commentaire