Utiliser son téléphone comme un outil

Possédez-vous un téléphone ? Je pose souvent des questions en début d’épisode et pourtant cette fois-ci, c’est un peu différent parce que je suis sûre de la réponse à 99%. Je pense que votre réponse est un « oui »franc et déterminé. Et pourtant, avez-vous un téléphone qui vous sert d’outil ? 

De nos jours, posséder un téléphone est un acte complètement banal en Europe. D’ailleurs, quand je vois l’envers du décor des épisodes de podcast, à savoir combien de personnes m’écoutent et comment elles le font, je peux vous dire que les téléphones représentent une majorité écrasante par rapport aux ordinateurs. 

Les statistiques qui montrent combien de temps nous passons dessus en moyenne font assez peur. Et bien que ceux qui crient au scandale en hurlant que le téléphone nous rend accro n’ont pas forcément tort, ce n’est pas la seule manière de voir ce petit écran. 

Personnellement, il y a à peu près un an, je me suis rendue compte que l’utilisation que j’avais de mon téléphone était assez dramatique : abus des réseaux sociaux, perte de temps considérable, déverrouillages récurrents inutiles, … Ce constat a été une sonnette d’alarme et j’ai totalement revu ma consommation. Désormais, j’utilise cet outil pour augmenter ma productivité. Je l’utilise pour qu’il ait un impact positif.

Et vous pouvez choisir de faire de même !

Ne pas être dépendant

Je sais bien que pour certains, un téléphone est un objet de travail. Mais je pense que cette phrase n’est qu’une excuse pour justifier les heures dessus. Et qu’on se comprenne, je ne dis pas que votre téléphone n’est pas un outil de travail mais je pense que souvent, ce fait justifie des excès. Ce petit objet a beau simplifier la vie à plusieurs niveauxce qui est très positif -, il ne faut pas qu’il la complique à un moment ou un autre.

Je pense que la première chose à faire pour transformer son téléphone en outil, c’est en casser la dépendanceet je pèse le poids de mes mots. Il y a des études qui démontrent touuuut ce que ce si petit objet peut avoir comme conséquenceset pour avoir lu certains rapports, je peux vous dire que c’est pas joyeux. Cela va des problèmes de santécomme par exemple des douleurs au cou et au dos, des problèmes de vue, des problèmes de sommeilau problème plus « comportemental »  – comme la dépression, l’anxiété, …

Tout ça pour dire que ce n’est pas un acte sans conséquence. Alors prenez conscience de cet acte dans votre vie. Pour casser une dépendance, il faut d’abord la reconnaître. Regardez les faits et arrêtez de vous trouver des excuses. 

Je pense qu’il n’y a pas de miracle : il faut avoir un déclicje dirais même LE déclic.  C’est quelque chose de personnel, qui doit faire sens pour vous donc je ne pourrais pas vous aider. Peut-être que vous devez regarder les faits une fois de plus, peut-être que vous devez faire vos recherches, … Il n’y a pas de théorie parfaite tellement nous fonctionnons tous de manières différentes. 

Faire une transition

Une fois que vous avez fait cela, il reste à réaliser la transition parce qu’avant de pouvoir utiliser son téléphone comme outil, il y a quelques petites choses à mettre en place.

  • Fixer une limiteet par cela, je veux dire qu’il faut définir son utilisation. Encore une fois c’est une étape que je ne peux pas théoriser parfaitement car nous avons tous des vies différentes. Si vous utilisez votre téléphone pour rester en contact avec vos enfants, ce n’est pas la même chose que si vous le faites pour répondre à vos mails de boulot. En fait, vous devez répondre à la question : Quand est ce qu’il est acceptable et réaliste d’utiliser son téléphone ? C’est peut-être juste pour la fonction téléphoner ou alors c’est pour d’autres choses comme poster sur Instagram. Les actions que vous choisissez doivent avoir du sens et surtout, vous devez vous en contenter. 

Personnellement, je suis contre les applications faites pour limiter le téléphone sur une période de temps. je pars du principe que l’on est assez conscient pour avoir une utilisation intelligente de son téléphone et donc qu’il est inutile d’avoir des applications faites pour bloquer tel ou tel site. Ça peut être une option mais je n’en suis vraiment pas fan et je ne vous la conseille pas forcément. Je pense qu’il est plus judicieux de faire une détox sur une semaine ou pendant 24h si on se trouve dans un cas extreme. 

  • Couper les notifications : c’est la révélation de l’année 2019 ! J’ai enfin osé supprimer toutes les notifications intempestives qui impactaient ma concentrationje n’ai gardé que les sms des personnes ajoutées en favoris. En plus, je me suis rendue compte que ces petites bulles me dictaient des comportements – je n’allais plus sur mon téléphone par but mais par obligation. En les coupant, je décide quand j’utilise mon téléphone et ce n’est plus un écran qui passe son temps à clignoter qui me dicte le comportement. Je suis plus consciente de mon utilisation.
  • Faire un tri général : est définitivement une chose à faire. Autrement dit, on modifie pour ne garder que l’essentiel. Je vous conseille de supprimer les applications qui fond doublon, les photos inutiles, …. On ne réalise parfois pas l’ampleur des dégâts parce qu’on n’a pas le « désordre » devant ses yeux mais il faut s’y attaquer tôt ou tard. 

Article lié : le tri dans ma vie digitale 

  • Choisir un fond d’écran : parce qu’il peut aussi être utilisé comme un rappel de motivation avec une citation ou une photo en lien avec vos objectifsc’est bon, j’avoue que c’est très facultatif. Et il y a toujours Pinterest qui est une source fiable pour ce genre de recherche. 

Je suis sincèrement convaincue que cette phase de « préparation » est indispensable car notre téléphone est envahi de choses inutiles et il faut un temps pour se recentrer. 

Avoir un téléphone positif

Concrètement, la mise en pratique pour avoir un téléphone qui sert d’outil positif va être différente pour tout le monde car elle va dépendre de votre activité, de votre organisation et de votre personnalitéc’est un peu ce que je vous disais par rapport à la définition de son utilisation. Je ne peux donc pas vous en donner une qui s’applique à tous, cependant quelques conseils sont envisageables. 

  • Organisation concentrée : comme je vous l’ai dit au début, pas besoin d’avoir quinze applications qui ont la même fonction. C’est totalement contre-productif et cela n’aura pour résultat que la dispersion. Choisissez une application par type et utilisez uniquement celle-la. Par exemple, pour votre calendrier si vous choisissez celui de Google, ne commencez par à utiliser en plus celui intégré « de base » dans votre téléphone. En d’autres termes : définissez et tenez-vous y.
  • Prendre en compte de ses besoins : afin de faire le meilleur choix concernant les applications que vous utiliserez. Il est par exemple inutile d’avoir une application pour faire des To Do List si vous ne fonctionnez pas de cette manière. 
  • Regarder les chiffres : Bien que je ne suis pas une accro des statistiqueson pourrait penser le contraire puisque j’ai commencé l’article avec –, je trouve que c’est important de réaliser comment on reparti le temps sur notre téléphone.

Les téléphones sont presque omniprésents à l’heure actuelle dans notre vie mais ce n’est pas une raison pour « perdre le contrôle » et se laisser vivre comme s’ils n’allaient jamais modifier quoi que ce soit.

Soyez conscient de votre utilisation et faite en sorte qu’elle soit positive.

Tu peux changer ton téléphone et le transformer. Des aujourd'hui, utilises le comme un outil pour booster ta productivité !

Attention, cet article n’est que les notes de l’épisode de podcast 024 – Utiliser son téléphone comme un outil. La version audio est probablement plus complète.

13 commentaires sur “Utiliser son téléphone comme un outil

  1. Dis donc cet épisode tombe au bon moment ! Je suis en pleine réflexion/déclic sur l’utilisation de mon téléphone et je me retrouve beaucoup dans ton expérience. Je pense que je vais tester certains trucs, sans doute pas tous parce que comme tu le dis on est tous différent.
    Juste une question: comment tu as su voir ou est ce que tu perdais du temps ? Outil intégré au tel ou appli spécifique ?
    Je suis en train d’essayer de faire un comparatif sur plusieurs semaines mais je n’arrive pas a trouver un outil pour le faire qui me satisfait (a savoir si c’est une excuse…) Bref.
    Merci encore pour cet épisode !

    1. Je suis ravie qu’il tombe bien ! Quels sont les conseils que tu comptes tester ? 🙂
      Pour répondre à ta question, c’est une information qui était directement disponible dans les statistiques de mon téléphone, je n’ai pas eu à installer d’application (si comme moi tu as un iPhone, c’est juste en dessous du graphique du temps que tu passes sur l’écran).

      1. je pense que je vais me fixer une limite (laquelle, je ne sais pas encore) et celle d’après je pense que je vais essayer de couper les notifs mais je me donne du temps, quand même, pas tout faire subitement

      2. C’est tout un autre genre, probablement moins glamour haha, puisque je lis « à quoi rêve les algorithmes ». C’est un bouquin qui parle du fonctionnement de ces machines à calcule et sans rentrer dans les détails techniques, qui montre la place qu’ils ont aujourd’hui dans nos vies. C’est HYPER intéressant haha.

  2. Attirer l’attention sur « l’environnement » que suppose un objet devenu si commun qu’on ne sait pas comment on pouvait faire avant, est un excellent sujet qui porte réflexion.
    L’addiction, on n’en a pas toujours conscience mais, comme toutes les addictions, elle n’est pas sans dangers. Le déclic est forcément variable suivant ce qu’on attend de ce téléphone.
    Par contre, éliminer les photos inutiles, si c’est évidemment nécessaire, c’est un travail qu’il faudrait faire quasi quotidiennement pour qu’il ne soit pas trop rébarbatif. Quand aux applications, à elles seules elles devraient faire l’objet d’un autre article, tant on peut passer de temps à chercher celle dont on a besoin, à essayer l’une puis l’autre pour finalement en charger une bonne dizaine avant d’être satisfait.e et d’oublier de supprimer celles qu’on n’utilise pas.
    J’ai particulièrement apprécié la conclusion. Merci pour cette excellente analyse et ces judicieux conseils.

    1. Je ne peux qu’être d’accord sur le fait que le déclic est quelque chose de très personnel. Mais c’est à mon sens totalement indispensable pour que le chemin ait du sens. Et par rapport aux applications, je songes à faire un article entier à ce sujet 😅
      Je viens de me rendre compte que je n’ai pas répondu à votre commentaire, j’en suis désolée. Merci d’avoir pris le temps de me donner votre avis !

  3. Je ne crois pas qu’il y ait lieu de s’excuser pour une réaction un peu tardive.
    Une question : « A quoi bon rester à abonné à une lettre quotidienne si ce n’est pour la lire tous les jours et , éventuellement exprimer son avis (ce qu’on ne peut pas faire évidemment pour tous les sujets abordés) ?
    Merci de votre intéressante réponse.

    1. Pour répondre à votre question, je pense qu’on est pas obligé de lire tous les jours ce que cette personne envoie parce que parfois, le sujet ne nous concerne pas. Par contre, ce n’est pas une raison pour se désabonner à mon sens 🙂 Très intéressante question 🙂

Laisser un commentaire