Régler son problème de procrastination

La procrastination, vous connaissez ? Est ce que vous avez déjà été atteint de … ce truc ? Et par procrastination, j’entends le fait de remettre constamment au lendemain des actions. Si vous le faites, je vous annonce que c’est le fait de procrastiner. 

Si vous avez déjà été impacté par ce fait, je vous rassure, je pense que ce n’est pas forcément graveou du moins, tant que cela n’impacte pas votre vie, vos projets et vos résultats de manière négative. Et c’est justement pour ce deuxième cas que cet article est là : quand ça commence à devenir grave et qu’il faut s’en débarrasser. 

Un exemple concret est disponible dans le podcast. 

C’est un article que j’ai construit différemmentpar rapport à d’habitude. Quand un problème se présente, je pense que pour le régler de manière durable il faut comprendre pourquoi il est là. Autrement dit, je vais traiter chaque problème de manière individuelle. 

La procrastination active

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, je veux vous parler de la procrastination active. La procrastination active, c’est quand on fait plein de choses qu’on ne doit pas faire pour éviter de se concentrer sur la tache qui nous dérange réellement. 

Un exemple concret est disponible dans le podcast. 

Ça peut être tentant de se dire qu’on est productif malgré le fait qu’on avance pas sur notre tache principale mais ce n’est pas une solution puisqu’au final, c’est toujours une question de report. 

Ne prenez pas la fuite. Ne vous dispersez pas. Et si c’est ce que vous faites, alors peut-être qu’il est plus intéressant de prendre une réelle pause plutôt que de faire comme si tout allait bien. 

Quelle est la cause de votre procrastination ?

Procrastiner par peur

La peur est un sentiment particulier. Il est d’ailleurs connu que ce même sentiment peut pousser à faire des choses qu’on ne se soupçonne pas capable. J’ai peur. J’ai des peurs. J’en ai, et je vous en parle. 

Eprouver ce sentiment n’a rien de négatif ou honteux. C’est humain. La peur peut-être même positive. Elle peut vous pousser parfois à sortir de votre zone de confort. Tout ça pour vous dire que ce n’est pas dramatique tant que ce sentiment ne vous bloque pas. La procrastination est une façon de s’auto-saboter. Il donc est possible de procrastiner par peur. 

Pour y remédier, il faut comprendre de quoi vous avez peur. Est ce que vous avez peur de l’échec ? Est ce que vous avez peur du regard des autres ? Est ce que vous avez peur de ce qui vous attend ? Est ce que vous avez peur de ne pas tout contrôler ? Est ce que vous avez peur de l’inconnu ? Qu’est ce qui vous fait peur ? 

Un exemple concret est disponible dans le podcast. 

En bref, éliminer cette peur en la déconstruisant,et c’est bien différent de la nier. Avoir peur, encore une fois, n’a rien de négatif. Vous avez le droit d’avoir peur de ce qui vous pousse à procrastiner. Mais prenez chaque brique de la justification de cette peur et travaillez dessus pour qu’elle n’existe plus. 

En n’ayant plus peur de ce qui se passe après l’action que vous repoussez encore et encore, vous n’aurez plus de raison de vous auto-saboter et vous pourrez avancer de manière plus sereine sur vos projets.

Procrastiner par indécision

Qui n’a jamais remis au lendemain une décision difficilemais c’est le début de la boucle sans fin. Avec cette non-prise de décision, on bloque parfois un projet pendant des mois. L’hésitation a ce don de paralyser.

Les choix et la manière dont on les prend pourraient a eux-même être le sujet d’un article a part entière tellement ils régissent notre vie. Tous les choix, que nous prenons, participent à former la personne que l’on est. On en prend souvent quotidiennement mais est ce qu’on prend vraiment les « bons » ? Je ne pense pas qu’il y forcément de « bons » ou de « mauvais » choix mais uniquement des choix qui nous correspondent ou pas et que l’on peut assumer ou pas. 

Un exemple concret est disponible dans le podcast. 

Personnellement, j’ai mis en place la « liste des oui » pour m’aider dans la prise de décisions. Le principe est assez simple : je fais une liste de tout ce que je suis prête à accepter. Cette liste est faite en fonction de plusieurs facteurs : mes valeurs, mes objectifs de vie, mon niveau de souplesse par rapport à certaines choses, … Cette liste, elle ne s’est pas faite en deux minuteselle m’a plutôt prise 6 moiset elle évolue constammentparce qu’elle s’adapte à la personne que je suismais elle n’a eu que des effets positifs. 

Depuis que je l’utilise, le « non » semble moins compliqué puisque je sais ce que je veux. J’ai également l’impression de moins perdre mon temps et ça, c’est directement lié à la procrastination. 

C’est un moyen comme un autre de faire face à son problème d’indécision. Et je ne peux que vous recommencer de l’essayer. Assumer ses choix dans un monde où on doit en prendre constamment est indispensable. 

Procrastiner par manque de motivation

Ne pas avoir de raison de se mettre à travailler sur les taches qui sont sur notre To Do List, c’est très propice à la procrastination. En tant qu’humain, je pense qu’on a besoin d’avoir un « pourquoi ». C’est un concept qui permet de revenir à l’essentiel en se demandant quelle est la raison – la vraie de vraie, en toute honnêteté avec vous-même – de notre action.

Dans ce cas-ci, je pense que la chose qu’il serait bien de faire, c’est de prendre une feuille de papier, votre carnet préféré ou encore une note dans votre téléphone et d’écrire pourquoi vous devez faire ce que vous avez mis sur votre To Do List.

En cas de problème de motivation, revenir à la raison qui a fait qu’on a commencé l’activité en question permet généralement de … raviver la flamme – ou du moins, de s’y mettre. Il faut également noter que c’est particulièrement le cas quand le résultat attendu se fait attendre et n’est pas aussi rapide qu’imaginé. 

Et sachez que je pense que les dates butoirs ne sont pas forcément une bonne forme de motivation. Vous pouvez aussi trouver de la motivation en dehors des deadlines. Qu’est ce qui vous anime ? Ne permettez pas aux dates d’être votre unique motivation parce que aussi, la procrastination peut se glisser. 

Procrastiner par complexité

Avoir l’impression que notre projet est trop grand pour qu’on voit réellement son avancement, ça ne pousse pas du tout à s’y mettre. 

Un exemple concret est disponible dans le podcast 

La chose qui pourrait permettre d’avancer dans ce cas-ci, et de ne pas tomber dans la procrastination, c’est la décomposition de la tache. Décomposer un gros projet en plein de petits permet souvent de s’y mettre parce que c’est moins complexe. Et prendre le temps de créer des étapes intermédiaires, ça permet de se recentrer, sans pour autant perdre l’objectif principal de vue. 

Procrastiner par fatigue

La fatigue, ça peut être terrible. Mais je pense que procrastiner par fatigue, c’est bien. C’est une manière comme une autre de réaliser que notre corps a besoin de pause. C’est une petite sonnette d’alarme qui veut dire : arrête toi maintenant parce que tu ne fais plus rien de bien. 

Un exemple concret est disponible dans le podcast 

S’il y a bien une cause de la procrastination de cet article qui ne laisse aucun doute sur sa manière d’agir pour la résoudre, c’est celle-ci. Prenez une pause au lieu de remettre par dépit. Reposez-vous et dites vous que ce n’est qu’une pause pour mieux revenir.

Article lié : l’art de faire des pauses réussies

La procrastination peut prendre bien des formes et peut être le résultat de beaucoup de choses. Que vous procrastiniez par peur, par indécision, par manque de motivation, par complexité ou encore par fatigue, il faut prendre le temps de régler le problème. Prendre le temps d’identifier la vraie raison de votre procrastination, c’est se donner une chance de résoudre le problème sur le long terme. 

Attention, cet article n’est que les notes de l’épisode de podcast 034 – Régler son problème avec la procrastination. La version audio est probablement plus complète.

Tu procrastines ? Il est temps d'y mettre un terme et d'avancer vers tes objectifs. Lis cet article et change de vie !

2 commentaires sur “Régler son problème de procrastination

Laisser un commentaire