Le moment parfait n’existe pas

Commençons par une confession : j’ai passé la journée à ranger. Pourquoi est ce que je considère ça comme une confession ?! Parce que je pense qu’en réalité, j’ai passé la journée à chercher un moment : le moment parfait pour écrire l’article que j’allais publier mardi 7 avril 2020 à 6 heures du matin. J’ai repoussé une activité en cherchant un moment qui n’existe pas. 

Et la confession n’est pas finie, parce qu’en fait ce n’est pas la première fois que je le fais. Autant il y a des jours où je me sens capable de déplacer des montagnes et où je me donne les moyens de le faire. Autant il y en a d’autres où je cherche le moment parfait et où je procrastine encore et encore.

Qui ne s’est pas déjà dit des phrases du genre « demain, je m’y mets » ; « lundi, je commence le sport » ; « en 2021, j’arrête de fumer » ; « demain, je commence la méditation » ; « lundi, je m’occupe de prendre rendez-vous chez le médecin » ; « en 2021, je deviens moins impulsive » ; « quand il est 7h47, je me lève » ? Qui peut affirmer, sans mentir et sans s’arracher la gorge qu’il n’a jamais dit ce genre de phrase ?! Qui peut dire qu’il n’a jamais attendu ?! Qui peut dire qu’il n’a jamais reporté quelque chose ? Si vous avez répondu par l’affirmatif, est ce que c’était de la procrastination ou de l’attente ? 

La procrastination n’est pas forcément négative – parfois, c’est une manière qu’a l’esprit de dire stop – par contre, l’attente du moment parfait est extrêmement négative – sans vouloir vous déprimer ou vous faire culpabiliser.

En fait, ce n’est pas comme ça qu’on avance. Ça n’a aucun sens d’attendre. Si vous ne vous y mettez pas, qui le fera ? Attendre le moment parfait, c’est accepter de renoncer à ses objectifs et ses projets. 

J’ai passé la journée à ranger. J’ai passé la journée à le faire sachant que je n’avais pas d’article pour demain alors que je suis dans un challenge de 30 jours de publication quotidienne – du lundi au vendredi, je publie un podcast accompagné de notes et le week-end, c’est le blog uniquement qui garde le rythmeJ’ai passé la journée à attendre le moment parfait pour m’y mettre et j’aurais pu attendre encore longtemps parce qu’il n’existe pas. Et si j’avais continué à le faire – têtue comme une mule -, j’aurais accepté petit à petit que j’allais échouer face à mon projet. 

Le moment parfait, c’est une illusion. Ça ne marche pas parce qu’il n’existe pas. Attendre le moment parfait est utopique. La perfection n’existe pas. Le moment parfait n’existe pas. C’est un fait. Et une fois que vous l’avez assimilé, je peux vous garantir que vous allez plus loin. 

Le moment parfait, c’est une excuse. Attendre le moment parfait, qui n’existe pas, c’est justifier son inaction. Attendre le moment parfait, c’est prendre la fuite. C’est refuser de reconnaître qu’on a peur, qu’on ne travaille pas assez, … Ce n’est pas une attitude qui permet d’avancer et de concrétiser ses projets. Cette attitude va simplement vous donner des regrets car vous ne vous êtes pas donnés les moyens de réussir, d’aller là où vous voulez. Les excuses, j’en ai abusées pendant longtemps et je ne dis pas que j’ai arrêté aujourd’hui mais je me suis juste rendue compte que c’était une fuite inutile et une perte de temps. 

De plus, les excuses c’est un cercle vicieux. Au début, on se trouve des excuses parce qu’on ne s’y met pas et à la fin, on se trouve des excuses parce qu’on a échoué. Qui veut-être ce genre de personne ? 

Par contre, la bonne nouvelle c’est que vous pouvez changer. Vous pouvez décider maintenant d’arrêter d’attendre le moment parfait. Vous pouvez décider d’arrêter d’utiliser cette utopie comme excuse. Il n’y a pas de moment pour prendre conscience que l’attente est souvent inutile et qu’elle ne mène à rien. Finalement qu’on soit lundi ou vendredi ou le premier du mois, ne change fondamentalement rien. C’est simplement un jour de plus où on a la possibilité de faire la différence et de se rapprocher de nos objectifs. Le changement est un choix. 

Mais je suis obligé de nuancer. Ce n’est jamais blanc ou noir. On ne peut pas résumer cela à une action ou une inaction. Pour être honnête avec vous, en repoussant encore, encore et encore la rédaction de l’article du jour, je me suis rendue compte que ma réflexion avait évolué. Ce matin, je pensais que j’attendais le moment parfait. Mais maintenant que nous sommes le soir et que je le rédige, je pense que c’était plutôt une pause. Il y a des meilleurs moments que d’autres. Peut-être que ce matin, je n’était pas prête à écrire un article. Peut-être que ce matin n’était pas le bon moment. Alors oui, il ne faut pas attendre le moment parfait, celui qui n’existe pas. Par contre, laissez-vous une marge pour tomber sur le bon moment. 

Nous sommes notre propre limite. Vous êtes le seul qui pouvez vous y mettre. Tout comme vous seul qui pouvez décider d’attendre. Faites le premier choix. Soyez ce genre de personne. 

Il y a des meilleurs moments que d’autres, mais le moment parfait n’existe pas. Ne l’attendez pas. 

Et venez, on arrête de l’attendre ensemble. 

Attention, cet article n’est que les notes de l’épisode de podcast 042 – Le moment parfait n’existe pas. La version audio est probablement plus complète.

Tu dois agir. Tu dois le faire maintenant, rapidement et convenablement. Comment ? Avec cet article !

4 commentaires sur “Le moment parfait n’existe pas

  1. J’ai vraiment aimé ton article et je m’y suis retrouvé. On a l’impression qu’attendre le moment parfait pour écrire rendra notre article 1000 fois mieux. Alors que au fond, ce moment n’existe pas et il faut simplement croire en nous. Mais, il faut également accepter le fait de ne pas toujours avoir de l’inspiration. Mais, je te l’accorde, je suis le premier à procrastiner et à attendre le moment parfait. Pas facile de changer mais il faut toujours rester motivé ! En tout cas, merci pour ton article 🙂

Laisser un commentaire