Vivre la créativité

La créativité, par définition, c’est le pouvoir d’inventer. Assez logiquement, il faut ce pouvoir pour créer du contenu de qualité. Par ailleurs, ce pouvoir est très particulier à apprivoiser.

Dans cet article, j’ai une réflexion sur le sujet à vous partager.

Parfois, j’ai été fière de ma créativité. Parfois, j’ai eu peur de cette créativité. Parfois, j’ai eu des problèmes à cause de cette créativité. Mais d’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été créativeou du moins, on m’a toujours qualifiée comme tel.

Aujourd’hui, j’utilise ce pouvoir quotidiennement. Ça fait trois ans que je l’utilise de manière plus ou moins quotidienne et je peux vous dire qu’en ce laps de temps, j’en ai appris des choses. J’ai appris à gérer cette créativité, à l’entretenir, à vivre avec, …

La raison qui fait que j’ai décidé de les partager avec vous, c’est que je pense que la créativité est mine de rien assez tabou. Les gens n’osent pas dire qu’ils ont peur de la perdre. Les gens n’osent pas dire leur source de peur d’être copié. Il y a une bulle autour de la créativité qui fait que beaucoup de genre évitent tout simplement le sujetmais je ne veux pas faire partie de ces gens.

La créativité, c’est le genre de chose qui se contrôle difficilement. On ne décide pas d’être créatif. On ne décide pas du moment où l’inspiration nous touchera. Par contre, je pense qu’il est possible de renforcer une créativité.

S’il y a bien une chose que le challenge de produire 30 articles en 30 jours m’a prouvé c’est que plus on fait appel à notre créativité et plus elle est présente. Plus on la stimule et plus elle se renforce. C’est comme un muscle qui, entraînement après entraînement, devenait plus fort. Vous avez donc la possibilité de travailler pour devenir meilleur. Ce n’est pas une chose qui est figée. Vous n’avez pas a être défaitiste si vous estimez que vous n’êtes pas assez bon. Vous êtes responsable et vous pouvez décider de devenir meilleur. C’est vous qui avez le pouvoir et vous ne pouvez pas vous cacher derrière une excuseou plutôt, vous pouvez le faire mais cela ne mène a rien.

Par ailleurs, j’ai pu observer ce même phénomène de renforcement lorsque j’écris pour moi-mêmeen pratiquant le « journaling ». Autrement dit, ce n’est pas uniquement en pratiquant l’activité « principale » que l’on stimule sa créativité. Il est possibleet je pense que c’est même conseilléde varier les activités qui vous permettent de vous ressourcer. En variant les sources d’inspirations, vous vous donnez l’espace pour vous renouveler. Ce n’est pas parce que vous tenez un blog que vous êtes obligé de cultiver votre créativité en écrivant.

Article lié : Pourquoi et comment pratiquer la journalisation

Personnellement, quand j’ai besoin d’une « nouvelle vague » de créativité dans ma viepour quelque raison que ce soitje fais du sport, je danse encore et encore sur des musiques des années 2000 dans ma chambre, je vois des amis, je sors seule pour apprivoiser ma propre personne, … Enfin bref, je fais beaucoup de choses et elles n’ont pas forcément un lien direct avec le fait de bosser sur des articles ou des épisodes de podcast. C’est bon de varier ce qu’on fait, tout comme c’est bon de varier les sources d’inspirations que l’on a et que l’on exploite.

Cependant, ce n’est pas parce que je vous conseille d’avoir plusieurs sources d’inspirations que je pense qu’il est dramatique de faire face à la page blanche de temps en temps. Comme tout dans la vie, en tant qu’humain, on ne peut pas être au top constamment. Il faut savoir accepter les vagues. Il faut savoir accepter que parfois on est en haut avec une capacité de « production » assez élevée mais qu’a coté de cela, il est possible d’avoir de vrais bas. Il faut briser l’idée qu’il faille en avoir constamment ou alors toujours dans le même but. C’est bon de faire des pauses, c’est bon de vous laisser l’espace de ne pas créer.

Je dois reconnaître que j’ai souvent eu peur que l’inspiration ne revienne pas après la page blancheou une panne d’inspiration comme on dit dans le milieu. Jusqu’à maintenant, l’inspiration est toujours revenue mais je ne peux pas m’empêcher d’avoir une petite voix dans ma tête qui pense qu’un jour ce ne sera pas le cas. Ne plus avoir d’idées d’articles, de photos, … c’est angoissant. Mais cette angoisse est injustifiée. Ce n’est pas parce que je stresse maintenant que je ferais en sorte que cela n’arrive jamais. Je n’y peux rien alors autant lâcher prise. Accepter que parfois, vous pouvez faire autre chose que penser à votre prochaine création ou travailler dessus. Les pauses ont du bon et la créativité ne fait pas exception à la règle.

Par contre, dire que cela n’est que dépendant de nos humeurs serait trop simple. Il y a quelque chose d’assez mystérieux dans le fait d’être inspirée et créative. Cela peut venir de n’importe quoi et je pense qu’il est bon de garder cette part d’inconnu. Au lieu de comprendre d’où cela vient, il est peut-être plus intéressant de le vivre. Ce n’est pas parce qu’on va mal qu’on est moins créatif. Ce n’est pas parce qu’on va bien qu’on l’est. Il n’y a pas de règle. Il faut savoir gérer les périodes de haut et les périodes de bas.

Tout ça pour vous dire : profitez de votre inspiration, profitez de votre pouvoir, profitez de votre créativité et surtout, cultivez l’ensemble.

Attention, cet article n’est que les notes de l’épisode de podcast 048 – Vivre la créativité. La version audio est probablement plus complète.

Comment être plus créatif ? La réponse est très simple avec ces quatre pratiques efficaces.

2 commentaires sur “Vivre la créativité

  1. Peur de perdre sa créativité, au risque d’être prétentieuse, je n’ai jamais ressentis cette peur. Il y a des jours sans, et de jours avec. Des jours où elle est tellement là que je pars dans tous les sens, une véritable tornade…. Les jours sans, sont donc supers pour se recentrer et finaliser un projet.
    Ma peur à moi, c’est plutôt de perdre des idées… Et puis finalement, je m’habitue à ce que certaines idées passent transitoirement, elles reviendront un jour. ou pas.
    Merci pour cet article, qui m’a permis de réfléchir sur ce sujet peu abordé. Effectivement, c’est assez « bizarre » la créativité, quelque chose d’insaisissable. C’est une évidence pour moi, j’ai mis du temps à réaliser que l’on pouvait vivre super bien sans… Je pensais que c’était une norme d’en avoir, comme les cinq doigts de la main 😉
    Bises

    1. On est pas tous obligé d’avoir les mêmes peurs :). On a pas tous le même rapport à la créativité. L’important, c’est finalement de savoir gérer sa propre créativité et de bien le vivre.
      Comme je le dis au début de l’article, c’est simplement une réflexion partagée et je suis ravie que cela t’ai donné matière à réfléchir.

Laisser un commentaire