30 jours de contenu quotidien : le bilan

La vie sans challenge est triste. La vie avec challenge est celle que j’ai décidée de vivre. Je suis convaincue, depuis longtemps, que c’est la vie que je veux avoir. Par ailleurs, à côté de ça, il y a les choses que j’ai envie de faire mais que je ne prends pas le temps de mettre dans mon agenda. 

Tout ça pour vous dire que je sors de 30 jours de contenu quotidien sur le blog et sur le podcast. Et comme toute expérience de 30 jours, je me dois de vous faire un bilan. 

Par contre, je me suis rendue compte qu’en commençant mon challenge le 16 mars et en le terminant le 16 avril, cela faisait 32 publications. Au final, l’expérience reste la même et le bilan vaut le coup. 

Définition du projet

C’est la partie où je vois les choses en grand.


Tu veux avoir un outil pour ce faire ? Reçois le gratuitement dans ta boite mail ! Pour t’inscrire, il suffit de remplir le formulaire. 


Pour vous remettre dans le contexte, le vendredi 13 mars 2020, je me suis réveillée dans un monde différent. Je me suis réveillé dans un monde en crise. Je me suis réveillée dans un monde où les cours en ligne, les gestes barrières et les flashs infos seraient le quotidien. Et bien que je n’ai pas tout de suite voulu reconnaître que cette situation m’atteignait, je savais que je voulais faire quelque chose de … différent. A l’heure où tout le monde disait qu’il fallait garder des habitudescelle d’avant 13 mars, j’ai décidé de faire totalement l’inverse. Quitte à avoir mon quotidien chamboulé, autant qu’il le soit de A à Z. 

Article lié : la vie … en confinement (à coeur ouvert)

C’est comme ça que j’ai décidé de me lancer ce challengequi me tentait depuis si longtemps30 jours de contenu quotidien. 

Cette décision a été totalement prise sur un coup de tête. Lorsqu’elle a été prise, je n’avais ni calendrier éditorial, ni organisation particulière, et encore moins de l’avance dans mon contenu. La seule chose qui était sûre après cette décision c’est que j’allais devoir publier un contenu par jour, pendant un mois. 

Je me suis rapidement rendue compte que je devais m’imposer des limites pour tenir dans la durée et me structurer. C’est comme cela que j’ai décidé de publier sur le podcast du lundi au vendredi et que le week-end, il n’y aurait que le blog qui garderait le rythme. C’est en quelque sorte le blog qui a vécu 30 jours de publication quotidienne. 

Etant donné que nous allions être dans un quotidien perturbé, je me suis dis qu’une publication à 6 heures du matin avait du sens. D’un côté, cela laissait les gens libres de consommer le contenu quand il leurs conviendrait dans la journéej’adore consommer des podcasts le matin mais je sais que ce n’est pas le cas de tout le mondede l’autre, j’avais une limite temporelle. 

Pour résumé mon challenge était de … 

  • Publier un article par jour sur le blog entre le 16 mars et le 16 avril 
  • Publier à 6 heures du matin 
  • Publier du contenu qui parle directement aux gens en testant le contenu fraisc’était pas vraiment une décision délibérée, c’est juste que je n’avais aucune avance et qu’à un moment, il faut juste se jeter à l’eau

Article lié : Tout ce qu’il faut savoir sur le contenu frais

Maintenant que j’écris tout ça sur papier, ça me semble pas si terrible que ça, mais je peux vous assurer que c’est … sportif. 

C’était la partie où je vois les choses en grand.

Les attentes

C’est la partie où je vois les choses en théorie.


Tu veux avoir un outil pour ce faire ? Reçois le gratuitement dans ta boite mail ! Pour t’inscrire, il suffit de remplir le formulaire. 


Je n’ai pas directement compris ce que j’attendais de ce challenge. Au début, je ne me suis pas plus posée de question que ça … J’ai juste agi. Une fois que j’avais défini mon projet, j’ai travaillé. 

Ce n’est qu’une fois la première semaine passée que je me suis rendue compte de ce que je voulais vraiment avec ce challenge. 

  • Je voulais grandir : le podcast étant relativement neuf, je voulais le nourrir de contenusparce que c’est toujours plus intéressant pour les gens qui tombent dessus pour la première fois.
  • Je voulais prendre de la place : le monde étant au ralenti les premiers jours, j’ai vu les créateurs de contenude « métier »perdre peu à peu leurs contrats et avoir besoin de prendre du recul. Pendant quelques jours, tout le monde parlait du virus et j’ai décidé de prendre le contre pied en proposant encore plus de contenu pour aider les gens à mieux vivre cette situation inédite. 
  • Je voulais m’occuper : parce que je suis constamment active et avec la vie qui ralentissait, j’avais peur de m’ennuyer. Je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais de me consacrer plus que jamais à Carnet Pétillant. Alors oui, j’ai aussi créé pour moiet je pense que c’est une raison totalement valide.

Et la dernier chose que je dois bien avouer mais qui ne fait pas réellement partie des attentes, c’est le fait que j’avais très peur. J’avais peur d’échouer. J’avais peur de l’inconnu de la situation et de son inconfort. J’avais peur de la charge de travail. 

C’était la partie où je vois les choses en théorie.

Les résultats

C’est la partie où je vois les choses concrètement.

Les points positifs : 

  • Des statistiques qui explosent. C’est assez logique qu’en publiant plus, on a plus de visiteurs et que les statistiques grandissent de jour en jour. Par contre, je ne m’attendais pas à une telle augmentation de l’engagement. D’un coup, plus de gens tombaient sur le podcast et le partageait. D’un coup, j’avais plus d’inscription à la newsletter. D’un coup, j’avais plus de dialogue avec vous – particulièrement par mail. Et rien que pour ça, ça vaut le coupc’est d’ailleurs pour cela que je le mets en premier dans les points positifs. J’ai découvert et en même temps retrouvé, un contact avec vouspersonnes qui consommez mon contenu
  • Une créativité au sommet. Ce n’est pas la première fois que je vous dis que je vois la créativité comme un muscle. En d’autres termes, je pense que plus on la stimule, plus on la met à rude épreuve et plus elle est présente, plus elle se développe. Ce challenge a encore une fois appuyé ma théorie. Je suis rentrée dans une spirale créative et ça fait beaucoup de bien. Je me suis retrouvée.
  • De nouvelles compétences qui voient le jour. J’ai beaucoup appris pendant ces 30 jours. Peut-être même plus que pendant l’ensemble de mon année 2019. J’ai appris a accélérer mon processus de création de contenu. J’ai appris a utiliser plus rapidement un logiciel de montage audio. J’ai appris à produire du contenu frais. J’ai appris à prendre soin de mon esprit avec des coupes nettes de réseaux sociaux. J’ai appris beaucoup beaucoup de choses. J’ai retrouvé cette soif de connaissance. J’ai retrouve cette curiosité qui me caractérise. Je me suis retrouvée. 
  • De la fierté comme rarement dans ma vie. Sortir de sa zone de confort et réussir est … extrêmement satisfaisant. Ça fait beaucoup de bien à l’image que l’on a de soi. Je suis fière d’avoir réussi. Je suis fière de ne pas avoir abandonné alors que parfois c’était dur. Je suis fière d’avoir réussi dans des conditions qui n’étaient pas mes préféréessi j’avais eu le choix, avant même de vous annoncer le challenge, je l’aurais préparé de A à Z pour être sure de réussir et de ne pas vous décevoir. Je suis simplement fière de moi et je pense que c’est extrêmement important. Je me suis découverte.

Les points négatifs : 

  • De la fatigue : et beaucoup de fatigue. Ce qui est assez logique quand on a pas d’organisation, c’est qu’il faut pouvoir suivre le rythme. Produire un contenu de qualité par jour pendant un mois, c’est épuisant. C’est fatiguant physiquement parce qu’on reste des heures et des heures devant un écran. C’est fatiguant moralement parce qu’on se met une pression de dingue pour tenir le coup, ne pas échouer et dépasser ses propres limites. 
  • Aucune place à la procrastination : et même si je ne suis pas une réelle procrastinatrice dans l’âme, j’aime bien me l’autoriser de temps en temps. Je ne pense pas que c’est une une manière de faire que j’arriverai à tenir non-stop parce que c’est trop prenant et épuisant. Comme je vous le disais dans un article précédemment, la procrastination n’est pas forcément négative mais, si elle le devient alors c’est problématique. Là, je pense que de temps en temps, j’avais besoin de procrastination positive pour m’autoriser des pauses. J’avais besoin de plus de flexibilité. 
  • Aucune possibilité de recul : parce qu’on a constamment le nez dans le guidon. Produire du contenu et aligner trois mots est une chose. Savoir prendre le recul pour le critiquer, savoir s’il en vaut la peine et l’améliorer en est une autre. Et même si cette expérience m’a permise d’apprendre à aller plus vite dans ma production de contenu, je pense que c’est une étape qui a quand même besoin d’un minimum de temps.

C’était la partie où je vois les choses concrètement.

Le bilan

C’est la partie où je vois si ça valait le coup.

On pourrait croire qu’étant donné qu’il y a quatre points positifs et trois points négatifs, c’est un bilan mitigé mais ce n’est absolument pas le cas. Pour rien au monde, je ne regrette cette décision sur un coup de tête. 

Pour certains 30 jours, ça parait longet même inconcevable. Pour d’autres, ça parait court – et même banal. Mais au final, ce qui compte, c’est ce que vous pensez de vous. 

Vous avez envie de vous lancer ce challenge ? Alors lancez-vous. Vous n’êtes pas prêt ? Lancez-vous quand même. Vous avez peur ? Lancez-vous quand même.

C’était la partie où je vois si ça valait le coup.

Bref, écoutez-vous. 

Et personnellement, j’ai adoré. 


Tu veux avoir un outil pour ce faire ? Reçois le gratuitement dans ta boite mail ! Pour t’inscrire, il suffit de remplir le formulaire. 


Attention, cet article n’est que les notes de l’épisode de podcast 049 – Créer du contenu quotidiennement. La version audio est probablement plus complète.

Est ce que tu dois publier du contenu tous les jours ? La réponse dans cet article avec un bilan de mon expérience.

10 commentaires sur “30 jours de contenu quotidien : le bilan

  1. C’est super ! Félicitation pour la réussite de ce challenge !
    Est-ce que tu penses le refaire ? plus tard dans l’année, ou plus tard encore ?

    Ce n’est pas un challenge qui m’attire personnellement. Peut-être que dans quelques mois ou quelques années je voudrais le tenter… mais pas tout de suite. Publier quotidiennement pendant 30 jours est un peu intimidant, mais au-delà de ça, j’ai d’autres projets à côté qui demande aussi du temps et de l’implication; si je me dédie à produire du contenu pour mon blog je sais que les autres projets vont en pâtir…
    Après c’est une organisation à trouver… on verra bien ^^

    1. Je pense que c’est très probablement que je me laisse de nouveau tenter par l’expérience, peut-être même bien encore une fois en 2020.

      Je comprends totalement que cela ne soit pas dans tes projets ! Tu soulignes quelque chose de très important : quand on se lance dans ce genre de chose, on a beaucoup moins de temps pour bosser sur des projets de « fond ». C’est une question de priorité et un équilibre à trouver …
      Merci de m’avoir suivi tout au long du mois 🙂

  2. J’ai vraiment adoré écouter cet épisode. Tu livres ton retour d’expérience avec une grande sincérité. En tout cas, bravo pour ce challenge ! Tu me donnes la motivation de continuer de produire du contenu et de faire vivre mon blog ! Merci 🙂

  3. C’est super, bravo pour ce challenge ! Le travail fini toujours par payer, surtout lorsque l’on attends aucune reconnaissance ou récompense. Laisser libre court à sa créativité, ça donne souvent du bon ! Bravo à toi, je file découvrir ton podcast 🙂

Laisser un commentaire