L’art de dire non

Avez vous déjà dit non ? C’est très probable que oui. Tout le monde dit non, à un moment ou à un autre, au moins une fois dans sa vie. Dire non est quelque chose à faire mais pas n’importe comment. Il y un a un art de dire non. Tout comme il y a des raisons de faire appel à lui.

Commencer par dire oui

Si vous me suivez un peuque ce soit sur le podcast, le blog ou Instagramvous savez que j’ai « utilisé » le temps du confinement. Parfois, j’ai été productive. Parfois, je me suis reposée. Parfois, j’ai fait du sport. Mais surtout, ce que j’ai fait c’est que j’ai pris beaucoup de temps pour la réflexion. Alors oui, le changement est dans l’action mais il y a un temps pour tout. Pendant le confinement j’ai pris le temps de réfléchir. J’ai pris le temps de me poser les bonnes questions.

Honnêtement, quand le déconfinement a pointé le bout de son nez, je pensais que j’avais fait le tour de ma vie et de les domaines qui la composent. Je me suis trompée. Et vous savez pourquoi ? Parce que quand le déconfinement est arrivé, la vie a repris. Elle a repris et j’ai vu une porte de sortie. Et assez logiquement si porte de sortie il y a, c’est qu’il y a quelque chose qui n’était pas réglé. Si j’étais parfaitement au clair avec mes choix, je n’aurais pas eu besoin de cette porte de sortie. Je pense que je ne l’aurais même pas vue.

Tous les choix que nous prenons, participent à former la personne que l’on est. On en prend souvent quotidiennement mais est ce qu’on prend vraiment les « bons » ? Honnêtementaujourd’hui, j’aime ce mot je pense qu’il n’y a pas forcément de « bons » ou de « mauvais » choix. Il y a uniquement des choix qui nous correspondent ou pas et que l’on peut assumer ou pas. Pendant toute une période – il y a deux ans -, j’ai eu du mal à faire des choix et les assumer. J’avais constamment l’impression de prendre le mauvais chemin. Il y a un an, j’ai rédigé un article où je vous parlais de cette hésitation avec la manière dont je suis sortie de ce cercle vicieux de doute. Il y a un peu plus d’un an, j’ai donc mis en place la liste des « oui ». J’ai mis en place cette liste dont le principe est assez simple : je fais une liste de tout ce que je suis prête à accepter. Cette liste est faite en fonction de plusieurs facteurs : mes valeurs, mes objectifs de vie, mon niveau de souplesse par rapport à certaines choses, …

Article lié : Comment assumer ses choix

Aujourd’hui, je me rends compte que j’ai vu le problème dans le mauvais sens. Dire oui, c’est très facile. Dire non, l’est beaucoup moins. Et pourtant, c’est tout aussi indispensable.

Qu’on se comprenne : je pense que cet articleécrit il y a un anest toujours valable parce que c’est important de savoir ce qu’on accepte et ce qu’on souhaite accepter. C’est un moyen comme un autre de prendre conscience de nos choix, de ce qu’ils impliquent, de ceux qu’on veut réellement, … Autrement dit, je pense que cet article est un bon début.

En bref, la liste des « oui » est une chose. Et c’est une chose que je vous conseille de faire. Mas ce n’est que la première partie du travail parce qu’après il faut apprendre à dire non.

Pourquoi dire non

Dire non, c’est indispensable et ça l’est pour plein de raisons.

Dire non, c’est indispensable pour votre équilibre et pour l’équilibre des autres parce qu’inévitablement cela impacte la relation que l’on a avec les gens. C’est simple : dire non c’est indispensable pour l’équilibre de tout le monde. C’est une question de respect. En disant non, vous assumez votre position et c’est bien plus respectueux que de dire « oui mais … » en créant des conditions ou que de se forcer à faire quelque chose. Ayez l’honnêteté d’assumer ce que vous pensez parce que c’est une question de respect envers les autres et envers vous-même. Dire oui alors que vous pensez non est une forme de fuite. Prendre la fuite et se voiler la face ne résoudra pas le problème.

Dire non, c’est également indispensable pour se rapprocher de ses objectifs. Vous n’êtes pas convaincue ? Prenez votre agenda et barrez tout ce qui ne vous tente pas vraiment. Ayez le courage de barrer ce qui ne vous fait pas vibrer. Il n’y a que deux cas possibles. Dans le premier cas, vous barrez plein de chose et donc vous avez plus de temps pour travailler sur vos objectifs, quels qu’ils soient. Dans le second cas, vous ne barrez rien et vous vous rendez compte que vous avez déjà des activités qui vous font avancer, qui font avancer vos projets, ceux qui vous tiennent réellement à coeur. C’est assez incroyable le temps qu’on perd parce qu’on dit oui à des choses qui ne nous tentent pas réellement. Faites moi confiance quand je vous dis que dire non vous fera gagner un temps considérable, ce qui vous permettra de vous rapprocher de vos objectifs.

Un exemple concret est disponible dans le podcast. 

Dire non est un choix

Dire non, c’est quelque chose de difficile. En tout cas, personnellement, je trouvais que c’est compliqué de dire non mais maintenant qu’on y pense ça ne devrait absolument pas être le cas. On a le droit de dire non. Il n’y a aucune raison qu’un non soit culpabilisant. Il n’y a aucune raison de se forcer à dire oui. Il n’y a aucune raison que quelqu’un soit fâché contre nous parce qu’on lui répond non. Nous avons le droit de dire non parce que nous avons le droit en tant qu’humain de choisir.

Et si vous êtes dans le même cas que moi il y a quelques moisà savoir que dire non vous fait dans une certaine mesure peur, j’ai deux choses à vous dire.

  • Premièrement, c’est très souvent bien plus compliqué dans votre tête que dans la réalité. Oui, certaines personnes vont mal le prendre. Oui, certaines personnes vont vous rejeter. Oui, certaines personnes vont vous faire culpabiliser. Mais dans la majorité des cas, si vous le dites correctement, ça se passe bien. Les gens, qui tiennent réellement à vous, veulent votre bonheur et ils comprendront donc vos priorités.
  • Deuxièmement, vous ne devez pas vous soucier de ce qu’il se passe dans la tête des gens. Vous ne pourrez jamais contenter tout le monde et si jamais vous tentez de le faire, vous vous perdrez au passage. Il y aura toujours quelqu’un pour critiquer et pour ne pas être content mais est ce que cela vaut réellement la peine si c’est fait pour quelque chose auquel vous ne croyez pas réellement ? Ce qui ne compte pas, c’est le regard des gens. Ce qui ne compte pas, c’est les avis destructeurs. Ce qui compte, c’est vous. Vivez pour vous.

Dire non, ça peut être compliqué. Mais nous avons le choix en tant qu’humain. Dire non est un choix. Un choix comme un autre que nous avons la liberté de prendre.

Un exemple concret est disponible dans le podcast. 

Comment dire non ?

Par ailleurs, s’il y a bien une chose qui est sûre avec ce petit mot de trois lettres qui exprime la négation c’est qu’il y a des manières de le dire. Il y a des manières de dire non.

Quelle que soit la raison qui vous pousse à dire non, vous devez le faire poliment. Parfois, les gens ne le méritent pas, je vous l’accorde mais jouer sur le même terrain qu’eux ne pourra que vous desservir. Dites les choses clairement et poliment à ceux qui vous posent une question. Dites non par respect avec respect, toujours.

Cependant, quelle que soit votre raison de dire non, vous n’êtes pas obligé de la donner à votre interlocuteur. Vous n’avez pas toujours à vous justifier. Encore un choix de plus qui s’offre à vous : vous ne devez rien à personne et donc vous pouvez choisir si oui ou non vous justifierez votre refus. C’est un choix que vous devez faire consciemmentou inconsciemment en apprenant à le fairedans les bonnes circonstances, celles qui vous correspondent et non celles imposées par les règles non dites de la société. Et c’est exactement la même démarche à appliquer avec les excuses. Ne vous excusez pas de dire non. Vous avez le choix. Si vous le dites, c’est parce qu’il y a une raison. S’excuser de dire non reviendrait en quelque sorte à s’excuser d’être vous. Vous voulez réellement être ce genre de personne ?

Article lié : L’art de s’excuser

L’art de dire non

Je voudrais terminer cet article avec un dernier petit conseil, appris sur le tas au moment où moi-même j’apprenais à utiliser ce mot d’une autre manière. Dans le cas où vous ne sauriez pas dire non, dites que vous allez réfléchir plutôt que de dire oui ou oui avec des conditions. Vous avez le droit de ne pas avoir de réponse à la question qu’on vous pose. Et c’est souvent dans ces moments de doute qu’on a tendance à accepter un peu tout et n’importe quoi. Accordez vous des temps de réflexion si vous en avez besoin et n’ayez pas peur de le dire. Vous êtes humain et vous avez le choix.

Dire non, ça peut être compliqué mais c’est indispensable. Dire non, c’est un art qu’il faut maitriser pour soi et pour les autres.

Un article qui te donne les moyens de reprendre le contrôle de ta vie. Pourquoi tu dois dire non et surtout comment tu dois le faire pour arriver à tes fins.

Attention, cet article n’est que les notes de l’épisode de podcast 055 – L’art de dire non. La version audio est probablement plus complète.

4 commentaires sur “L’art de dire non

  1. Bonjour,
    Effectivement il est important de savoir répondre avec honnêteté, et le non est une vraie marque d’honnêteté.
    Si explication rime avec justification, le sens est différent.
    Explication, pour moi, c’est expliquer pour se faire comprendre de manière naturelle et spontanée, c’est une connotation positive.
    Justification a une résonance d’obligation, et de fait un ressenti désagréable. Doit-on toujours se justifier ? Heureusement non, et c’est pour cela que je préfère les explications.
    La pire des choses est le manque de respect, et sans doute un signe d’une personne nocive.
    Savoir dire oui peut être également très compliqué.

  2. C’est clair que c’est pas facile de dire non. Ca m’a pris du temps, mais maintenant, j’arrive à le faire. Avant, j’acceptais toujours les pots avec les collègues parce que je voulais bien passer. La dernière fois, j’ai dit non, on m’a demandé de me justifier, j’ai dit « j’ai mes raisons ». Je suis dans un « mood » de dire ce que je pense. Comme tu le dis, c’est mon choix de dire la justification ou non malheureusement, on n’a pas compris ma position en face. Alors, j’ai fini par dire la raison qui était simple : « je n’ai pas envie » et au final on l’a mal pris… Bien complexe d’apprendre à dire non quand tu as appris à dire oui avant…
    Sur ce… je continue mon rattrapage de tes cinq ou six derniers podcasts !

    1. Je trouve que tu as parfaitement résumé la situation : Bien complexe d’apprendre à dire non quand tu as appris à dire oui avant… Je partage totalement ta position. Mais je pense que ce n’est qu’en passant à la pratique (en disant très concrètement et très simplement non aux gens) qu’on s’y fait et que cela devient une habitude. Il n’y a pas de secret. Et finalement l’important c’est d’être en accord avec ces propres choix. 🙂
      Sur ce, j’espère que ton rattrapage d’épisode t’a plu 🙂

Laisser un commentaire