Rien n’est fixe, et ce n’est pas grave

Il y a quelques jours, je me suis perdue dans mes pensées en faisant un petit bilan de l’année en cours. Alors oui, elle n’est pas encore finie. En 4 mois, il peut se passer encore énormément de chosesparticulièrement avec les temps qui courent. Donc oui, il est trop tôt pour faire un bilan définitif de l’année que nous vivons actuellement.

Par contre, s’il y a bien une chose que 2020 nous a déjà prouvé c’est que rien n’est figé dans le marbre. Rien n’est fixe, et ce n’est pas grave. La vie évolue et c’est positif. Mais tout ceci implique des choses qu’il est mieux de ne pas ignorer#PhraseSuspense.

Un exercice pour prouver l’évolution de la vie

Pour une fois le constat, sur lequel se base cet article, est d’une simplicité extrême. Mais au lieu de vous le donner noir sur blanc, je vous propose un exercice.

Fermer les yeux deux minutes, et pensez à l’endroit où vous étiez il y a un an. Où étiez vous 365 jours avant celui où vous lisez cet article ? A quoi ressemblait votre vie ? Qui fréquentiez-vous ? Qu’aviez-vous comme projet en cours ? Ou même comme objectifs ? Et maintenant, revenez au moment présent. Où êtes vous actuellement ? A quoi ressemble votre vie aujourd’hui ? Qui fréquentez-vous toujours ? Ou alors, qui est nouveau dans votre vie ? Qu’avez-vous comme projets terminés ou en cours ? Quels sont vos objectifs en ce moment ?

Honnêtement, je suis presque sûre qu’il y a des différences d’une année à l’autre. Et je ne dis pas cela simplement parce que nous vivons une année terriblement particulière. Je dis cela parce que c’est la vie et qu’elle évolue. Alors oui, il est très probable qu’on soit tous d’accord sur le constat sur lequel se base cet article : la vie évolue constamment. Elle est très rarement statique. Mais en fait, c’est une chose de le vivre et une autre de le réaliserpeut-être que nous ne vous êtes pas rendu compte avant aujourd’hui que votre vie est si différente par rapport à il y a un an.

La vie évolue, et ce n’est pas grave

Qu’on soit d’accord, le but de cet article n’est pas du tout de dire qu’il faut lutter contre le changement et qu’il faut vivre coûte que  coûte dans une nostalgie constante.

Il n’y a rien de plus frustrant que ne pas arriver à faire ce qu’on avait prévu. Mais ça ne sert strictement à rien de s’arracher les cheveux car c’est la vie. En bref, on respire, on ne panique pas et on passe à autre chose. Et ça, c’est l’adaptationdont je vous parle un peu plus dans la suite de l’article.

Article lié : vivre avec l’imprévu 

Il faut dédramatiser le changement. Le changement a du bon. Le changement nous sort de notre zone de confort. Le changement nous fait grandir. Le changement nous fait découvrir. Le changement nous porte. Le changement a quelque chose de … magique.

Certes, parfois la vie n’évolue pas toujours dans le sens que l’on souhaite mais elle ne se fige pas pour autant. La vie évolue et c’est tout. La vie évolue et ce n’est pas grave.

La vie évolue, et c’est bien

Prenons l’analyse dans l’autre sens : qui veut se réveiller et constater que sa vie est au même point qu’il y a un an ?

Honnêtement une de mes plus grandes peurs depuis que j’ai compris que le temps passé était perdu c’est de « stagner ». Je ne veux pas être la même demain qu’aujourd’hui. Je veux avancer constamment vers mes objectifsaussi petits soient les pas que je fais. J’ai compris que peu importe le domaine de la vie dont il est question, il faut s’entretenir et se stimuler pour ne pas tomber dans « l’attente ».

Nous avons le choix. Nous sommes responsables. Nous décidons de la manière dont nous agissons, de la manière dont nous voyons la vie, de la manière dont nous vivons. Nous sommes responsables de nos pensées. Nous sommes responsables de la confiance que nous accordons à telle ou telle personne. Et je répète, nous sommes responsables de nos choix. Autrement dit, nous sommes responsables si notre vie est au même endroit parce que nous ne l’avons pas faite évoluer.

Tout ceci pour dire que l’évolution de la vie peut être un synonyme de positivité parce que cela prouve que vous avancez, que vous grandissez, que vous vous enrichissez d’expérience.

Comment s’adapter à la vie ?

Je vous le disais dans un article récemment, je suis très mauvaise pour lâcher-prise. J’ai définitivement un mauvais côté contrôle fric. Je m’en suis rendue compte. J’ai eu une prise de conscience et je l’assume mais ce n’est pas pour cela que je souhaite rester comme celaet on en revient toujours à la même chose : le refuse de stagner. C’est un point que je travaille en ce moment.

Par ailleurs, lors de ce même travail sur moi-même, je me suis rendue compte que je n’étais pas à un stade aussi dramatique que ma première impression. Parce que l’adaptation est une forme de lâcher-prise. Et étant donné mon vécudéménagement à l’étranger, changement d’étude, …, c’est une compétence que je n’ai pas eu le choix de développer assez rapidementce qui d’une certaine manière est très positif.

L’évolution constante de la vie nous oblige à avoir une forme d’adaptation constante. Et ça, c’est pas toujours facile alors concrètement comme on fait ?

  • Il faut commencer par accepter la réalité. Ne vous voilez pas la face. Reconnaissez votre situation pour avoir la force de travailler dessus par la suite sans dépenser une énergie de dingue dans le déni. Soyez efficaceet ne vous pourrez sûrement pas l’être si vous ne savez pas sur quoi vous devez travailler. L’adaptation à la vie c’est faire en sorte de vivre au mieux ce qu’il vous arrive sur le moment même. Et ceci est impossible si vous refusez de le voir ou même de le concevoir. Soyez réaliste pour vous-même, avec vous-même. De cette manière, vous êtes ouvert à l’adaptation.
  • Il faut être tolérant avec soi-même. En reconnaissant aujourd’hui que vous ne savez pas tout, vous vous donnez l’espace pour être plus tolérant avec vous-même. En reconnaissant aujourd’hui que vous ne pouvez et ne saurez jamais atteindre la perfection, vous vous donnez l’espace pour être plus tolérant avec vous-même. De cette manière, vous êtes prêt à l’adaptation.

Article lié : Etre plus tolérant avec moi-même, indispensable pour avancer

  • Il faut pointer ce qui fait peur. Très souvent, les choses ont une logique. Ce n’est peut-être pas pour rien que vous avez peur du changement. Peut-être d’ailleurs que vous n’avez pas peur du changement en tant que tel, mais de ses conséquences. En bref, si l’on a un blocage au changement et à l’adaptation nécessaire à la vie, il y a probablement une raison. La trouver, c’est vous donner une chance de mieux vivre l’évolution de la vie. Et spoil : comme elle est constante, travailler sur ce point vous permettra probablement de mieux la vivre tout simplement.
  • Il faut garder certaines habitudes. La vie évolue, oui. Mais tout n’évolue pas du jour au lendemain. Vous ne vous réveillez pas du jour au lendemain en passant une vie seule d’étudiante à une vie de famille avec 3 enfants. Et c’est pour cela qu’il est possible de garder des habitudes « repères ». Les habitudes ancrées peuvent être votre équilibre avec l’évolution de la vie. De cette manière, vous vivrez mieux l’adaptation.

Article lié : le pouvoir des habitudes

L’adaptation est un sujet vasteet il mérite probablement bien plus qu’un article de blog ou un épisode de podcast. Par ailleurs, l’adaptation est aussi un chemin personnel. Autrement dit, personne ne pourra mieux faire le travail que vous.

Tu peux décider ! tu as le pouvoir ! Tu peux transformer ta vie. Aujourd'hui, fixe toi des objectifs !

Attention, cet article n’est que les notes de l’épisode de podcast 061 – La vie n’est pas fixe et ce n’est pas grave. La version audio est probablement plus complète.

Laisser un commentaire