L’autodiscipline, un indispensable à la réussite ?

Comment faire pour tenir le coup ? Comment faire pour réussir dans la vie ? Comment faire pour gérer plusieurs activités en même temps ? Comment faire pour arriver à créer du contenu, avoir une vie scolaire, avoir une vie socialeen fait, avoir une vie tout court ? La réponse est simple : c’est du travail. Et ceci est possible grâce à l’autodiscipline.

Par ailleurs, s’arrêter là serait un message erroné parce que la réalité est bien plus floue que la phrase ci-dessus. Se mettre à rédiger un article n’est pas que le fruit de l’autodiscipline ou de la motivation. Manger sain n’est pas que le fruit de l’autodiscipline ou de la motivation. Etre attentive en cours n’est pas que le fruit de l’autodiscipline ou de la motivation. Faire du sport n’est pas que le fruit de l’autodiscipline ou de la motivation.

Dans la vie, il faut à première vue de l’autodiscipline. Mais ça, c’est très probable que vous le sachiez déjà. Dans la vie, il faut aussi de la motivation. Mais ça, c’est très probable que vous soyez également au courant. S’arrêter là serait un message cliché et non conforme à la réalité.

Qu’est ce que la motivation ?

Je ne me souviens pas de la première fois que j’ai entendu le mot motivation. Donc je suppose qu’il a toujours fait partie de mon vocabulaire et de celui des personnes qui m’ont entourée dès mon plus jeune âge. Par ailleurs, je me souviens très précisément d’un mot de mon professeur de maths qui disait « manque de motivation pour la matière et cela se ressent dans la note. ». Je ne suis pas d’accord avec cette approche de la motivation parce que c’est la résumer à une mauvaise chose.

Définition de la motivation 

A en croire le fameux dictionnaire Larousse, « la motivation est ce qui pousse quelqu’un à agir ». C’est une définition qu’il est possible de compléter avec celle venant de Wikipédia : « La motivation est, dans un organisme vivant, la composante ou le processus qui règle son engagement pour une activité précise. Elle en détermine le déclenchement dans une certaine direction avec l’intensité souhaitée et en assure la prolongation jusqu’à l’aboutissement ou l’interruption. » Mais honnêtement, aucune de ces définitions ne me convient particulièrement. Parce que la motivation, ce n’est pas vraiment des mots mais un sentiment.

Définir la motivation n’est pas chose facile, mais il est plus simple de visualiser le fait d’être motivé. Je suis sûr que vous voyez de quoi je veux parler. Ce sentiment qui fait que d’un coup, vous vous levez de votre lit parce que vous avez eu une nouvelle idée que vous voulez concrétiser directement. Ce sentiment un peu dingue qui fait qu’à un moment très précis on a l’impression qu’on pourrait déplacer des montagnesoui, c’est une expression très clichée vue le sujet du jour.

La condition de la motivation 

On va pas se le cacher : la motivation, c’est génial. Il n’y a pas meilleur sentiment que de se lever le matin et d’avoir la motivation d’étudier un cours ou de concrétiser un projet. Par ailleurs, s’il n’y a que de la motivation, on ne va pas très loin. La motivation toute seule n’apporte pas grand chose dans une vie si c’est le seul ingrédient de l’équationd’ailleurs, ca ne serait même plus une équation si c’etait le cas. Et vous savez pourquoi ? Parce que ce qu’il est indispensable de combiner à la motivation, c’est l’action. Pour avoir un résultat, il faut absolument une combinaison de motivation et d’action.

Parce que oui, c’est aussi quelque chose qu’il faut reconnaitre : on a tous déjà connu ce moment où on est super décidé et motivé à faire quelque chose, jusqu’à ce qu’il soit temps de passer à l’action concrète.

Un exemple concret est disponible dans le podcast

Le problème de la motivation 

De plus, le problème de la motivation c’est qu’elle n’est pas stable. Rien ne vous assure que demain vous vous lèverez avec ce fameux sentiment dont je vous parlais un peu plus haut. Et cette donnée est mine de rien très importante parce que cela signifie que vous ne pouvez pas planifieret pour une maniaque de l’organisation, c’est très compliquée.

Hors, je suis convaincueréellement que la réussite et la construction de projetpour qu’il soit stablese font avec un travail régulier. Autant, je ne suis pas convaincue qu’il faut travailler 15 heures par jour, sans vie sociale. Autant je crois dur comme fer que pour avoir des résultats, il faut travailler avec régularité. Et « régularité », c’est pas un mot qui peut s’associer à la motivation puisque cette dernière est extrêmement variable. Conclusion : comptez uniquement sur la motivation n’est pas tenable.

Qu’est ce que l’autodisciple ?

La motivation, c’est bien mais comme tout dans la vie : ce n’est pas parfait. Et c’est bien pour cela qu’il est intéressant d’avoir d’autres options pour avancer concrètement dans la vie, dans ses projets, vers sa réussite, … Et c’est ici qu’intervient l’autodiscipline.

Définition de l’autodiscipline

Pour reprendre les mêmes références que lors de la définition de la motivation, à en croire le fameux dictionnaire Larousse, « l’autodiscipline est le fait pour un individu de s’imposer de lui-même une discipline sans contrôle extérieur. ».

Contrairement à la motivation, je pense que l’autodiscipline est plus dans l’action que dans la réflexion de celle-ci. Je m’explique : la motivation, c’est dans la tête et il faut de l’action pour avoir des résultats. L’autodiscipline, c’est comme si votre tête était déjà convaincue et donc que vous zappiez en quelque sorte l’étape « décision ». Inévitablement, vous êtes bien plus vite dans l’action sans cette étape.

Pourquoi avoir de l’autodiscipline ? 

Au début, je pensais que l’autodiscipline était utile lorsque l’on avait pas la motivation pour faire telle ou telle chose. Aujourd’hui, je pense qu’on n’utilise pas l’autodiscipline pour les mêmes choses que la motivation. L’autodiscipline est un outil pour avoir des résultats bien différents de la motivation. Et oui, pour moi, aujourd’hui elle est indispensableau même titre que la motivation l’est dans une vie.

Concrètement, j’ai envie de vous dire que l’autodiscipline est une réponse au problème que peut avoir la motivation. Autrement dit, l’autodiscipline est par définition indépendante de la motivation. Et c’est donc bien pratique afin de garder une activité sportive régulière par exemple.

Mais c’est aussi possible de développer son autodiscipline pour d’autre raison comme le fait d’avoir une vie remplie et un souhait de tout faire en temps et en heure sans avoir la place pour la réflexion. En bref, le manque de motivation n’est pas la seule raison d’avoir recours à l’autodiscipline.

Un exemple concret est disponible dans le podcast. 

Comment développer son autodiscipline ? 

Je suis convaincue qu’on ne nait pas en étant quelqu’un d’autodiscipliné. Certes, on a peut-être des facilités mais à un moment ou à un autre, c’est un point qu’il faut travailler. Mais la bonne nouvelle c’est que rien n’est irrémédiable. Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui vous êtes quelqu’un qui n’en a pas que vous n’en aurez jamais. Par contre, je vais être extrêmement honnête avec vous : l’autodiscipline ne se construit pas en deux minutes ou même en une journée.

Pour développer son autodiscipline, il faut de la régularité. 

La construction de l’autodiscipline, doit à mon avis être vue comme le fait de construire un muscle. Pour être de plus en plus musclé, il faut s’entraîner encore et encore avec régularité et pour l’autodiscipline, c’est exactement pareil. Il faut trouver un système qui va faire en sorte que vous allez travailler ce point quotidiennement pour qu’il se renforce jour après jour. C’est en sollicitant votre autodiscipline, en la mettant à l’épreuve, que vous la renforcerez. Disons que c’est quelque chose que nous avons tous en nous mais qu’il faut l’activer. Et comme je vous le disais un peu plus haut, chez certain elle est déjà activée et un peu plus avancée dans le développement mais ce n’est jamais irrémédiable.

Ceci veut également dire qu’à un moment ou à un autre, vous allez faire face à des niveaux de résistance. Dans certains domaines de votre vie, vous aurez plus de mal à appliquer l’autodiscipline mais ce n’est qu’en se forçant à pratiquer que vous améliorez vos compétences à ce niveau.

Pour développer son autodiscipline, il faut garder de la flexibilité

Par ailleurs, il ne faut pas non plus devenir totalement rigide. Ce n’est pas parce que vous décidez d’avoir plus d’autodiscipline que vous devez devenir une machine sans coeur. Rein ne vous oblige à garder la tête sur le guidon constamment. Ça n’est pas de l’autodiscipline mais de l’autoenfermement. Tout est toujours une question d’équilibre.

A mon avis, l’équilibre est atteint dans la construction d’une certaine autodiscipline lorsque vous faites plus de choses qui vous rapprochent de vos objectifs en gardant une « vraie vie » pour autant. L’autodiscipline doit être un plus positif dans votre vie et non l’inversesinon cela n’a strictement aucun sens de commencer la démarche.

De plus, en étant réaliste, on se rend rapidement compte que c’est absolument impossible d’être constamment discipliné. Autant s’autoriser à être flexible dès le début pour construire un équilibre durable.

Pour développer son autodiscipline, on peut utiliser le renforcement positif  

L’autodiscipline est dure à construire. C’est un travail pour soi-même presque contre soi-même pour renforcer une partie qui est déjà en soi. Et oui, c’est un vrai travail de fond. Une manière de se motiver à mettre en place une telle chose dans sa vie est d’utiliser le renforcement positif.

Autrement dit, vous vous récompensez à chaque pas que vous faites. Et ceci à deux avantages certains. D’un côté, vous vous forcez en quelque sorte à vous lancer dans l’aventure. Vous avez une sorte de lumière tentante au bout du tunnel à chaque étape de l’avancement vers l’autodiscipline. De l’autre, vous vous obligez à suivre vos progrès en la matièrece qui est extrêmement important avec les objectifs que l’on se fixe, quelqu’ils soient – puisque vous êtes obligé d’avoir des indicateurs pour vos récompenses.

Article lié : Définir des objectifs pour transformer sa vie

Que faire quand on n’a pas de motivation et pas d’autodiscipline ?

Lorsque j’ai pensé cet article, je voulais prouver que l’autodiscipline était une réponse pour avancer vers la « réussite »même si nous avons chacun notre définition de cette dernière.

La motivation est un moyen d’arriver à la réussite mais c’est assez irrégulier et donc peu fiable comme système. Personnellement, je dirais même que cela ne convient qu’à des projets spontanés ou créatifs. Quant à l’autodiscipline, c’est un moyen d’arriver à la réussite mais c’est un travail de longue haleine pour la mettre en place. Par ailleurs, je dois bien reconnaître que la motivation et l’autodiscipline ne sont pas les seuls moyens d’arriver à la réussite.

Concrètement, si pour quelque raison que ce soit vous n’avez ni motivation, ni autodiscipline, il vous reste une solution : modifier votre environnement. Vous êtes responsable de votre environnement. Et vous êtes responsable de vos choix. Vous pouvez choisir de transformer votre environnement pour transformer vos choixou plutôt pour les simplifier. En simplifiant votre environnement, en l’épurant par exemple de toutes distractions, vous vous imposez un choix et du coup, vous n’avez plus besoin de motivation ou d’autodiscipline pour vous y mettre. Le seul choix qui vous reste est celui que vous mettez en évidence par la simplification de votre environnement.

Un exemple concret est disponible dans l’épisode. 

Je suis une accro au contrôle. J’ai besoin du contrôle pour me rassurer. C’est un défaut pour certains, une qualité pour d’autres – et pour moi, c’est un peu des deux. Je pense que c’est dans cette optique-là que je recherche souvent à faire les choses plus simplement. La vérité, c’est que le contrôle est fatiguanttout comme les choix compliqués. En décidant de simplifier votre environnement, vous simplifiez l’ensemble de vos choix à venir.

Article lié : Comment simplifier sa vie

Simplifier son environnement peut être un début de discipline. L’autodiscipline, ça se travaille et il faut parfois plusieurs mois ou plusieurs années avant d’arriver à la contrôler. Simplifier son quotidien sérieusement promet des résultats plus directs et c’est une façon comme une autre de se lancer dans la concrétisation de ses projets.

L’autodiscipline est importante dans la vie, tout comme la motivation et la simplification. Dans cet article, je t’explique pourquoi et comment tu dois développer ton autodiscipline.

Vous n’aurez rien sans rien. Pour avoir des résultats, il faut à un moment ou à un autre se mettre au travail. Par ailleurs, il y a beaucoup de manière de s’y mettre. A vous de trouver celle qui correspond le mieux à votre équilibre, à votre conception de la vie, à votre vision des choses. L’autodiscipline n’est finalement pas mieux que la motivation ou que le fait de simplifier son quotidien. L’important, c’est de trouver un mode de fonctionnement qui vous correspond.

Personnellement, je trouve que la motivation est peu fiable et que l’autodiscipline est dure à construire. Cependant, nous fonctionnons tous différemment et c’est exactement pour cela que c’est peut-être différent pour vous. Et c’est probablement ma vie et ce qui la constitue qui me fait penser que sans autodiscipline, je n’irais pas très loin dans ce que je veux faire.

Attention, cet article n’est que les notes de l’épisode de podcast 062 – L’autodiscipline, un indispensable à la réussite. La version audio est probablement plus complète.

2 commentaires sur “L’autodiscipline, un indispensable à la réussite ?

  1. Comme tu dis, je pense que l’on a un penchant naturel (on va dire) à la rigueur et à l’autodiscipline. Mais que ce n’est pas une fatalité. On peut apprendre à se discipliner, mais c’est plus dur.

    Pour ma part, c’est passé par une longue phase (quelques mois) où je me suis « forcée ». Je voulais réussir à écrire tous les jours et je me suis forcée à le faire (même si je n’écrivais pas juste pour écrire) régulièrement. Hop, tous les jours, cinq minutes devant le PC pour écrire sur ma journée, sur mes projets o sur n’importe quoi d’autre. Depuis, c’est tellement ancré que je le fais naturellement. Et maintenant, j’ai appris à me laisser le temps aussi. A me dire que si un jour j’écris pas, c’est pas si grave que ça – la fameuse flexibilité dont tu parles.

    Bref encore un épisode super inspirant et juste et encore un commentaire roman de mon côté (mais je sais que tu les apprécies hehe). Sur ce, belle journée / soirée / nuit…

    1. Ça c’est sur : ce n’est pas simple. Mais je pense qu’on est tous capable. Et je me reconnais totalement dans le processus que tu as mis en place pour implanter cette nouvelle habitude.

      Merci, comme toujours pour ce commentaire roman ^^

Laisser un commentaire